Exposition: Ahmed Krifla «Hommage au printemps»

A partir 3 mai et jusqu’au  3 juin, la galerie B&S art Gallery de Casablanca propose une pause de réflexion sur l’œuvre de l’une des figures clés dans l’histoire des arts plastiques marocains : Ahmed Krifla.  Ainsi, les amateurs de l’art contemporain sont conviés à une exposition rétrospective des œuvres inédites de l’artiste-peintre des années 50 à ce jour sur le thème « Hommage au Printemps». Le vernissage de cette exposition-évènement aura lieu le 3 mai à partir de 19 h.

Grandiose, cette exposition se veut une percée dans le monde intime  de l’artiste peintre Ahmed Krifla, sa créativité, son œuvre, son parcours et une bonne partie de lui-même.  On y découvrira ce plasticien chevronné, natif de Taza, avec son approche tout à fait nouvelle de ce genre de peinture et un style qu’il a réussi à garder intact.  La frénésie de son attachement à la réalité des personnes et des choses qui l’entourent se manifeste de façon palpable dans l’ensemble de ses œuvres.  Il y amène des scènes de sa vie quotidienne qu’il aime à peindre inlassablement. La peinture de Ahmed Krifla se veut figurative puisqu’il peint beaucoup les paysages et les scènes de famille, comme par exemple un champ de blé, un coin boisé, une oliveraie, une humble demeure avec une femme penchée sur des poteries qui sèchent. Mais il faut dire aussi qu’il est un observateur à l’œil alerte puisqu’il s’appuie sur des photographies pour réaliser ses œuvres. Il travaille aussi sur les ombres et lumières, ce qui transforme un peu le réel et nous plonge dans un monde imaginaire. «Ce peintre spontané et naïf possède une place singulière parmi les artistes marocains», affirme Mohamed Rachdi, artiste et critique d’art. Surnommé le «Douanier Rousseau» par ses pairs, Ahmed Krifla présente aujourd’hui à la galerie B&S Art Gallery  le fruit de sa quête intérieure en vue d’allier les sentiers nouveaux du volume et l’éclat du jaillissement de sa palette si riche.  Alors là, il faut admettre  qu’il n’y a absolument pas de rupture dans ce travail mais plutôt une nette évolution. Il possède toujours cette énergie dans la représentation du visible. On le connaît très bien, c’est sa marque déposée. C’est ce que confirme aussi la critique d’art Dounia Benqassem « Krifla, dans ses œuvres, raconte sa vie, rend présents les paysages de sa région ou du sud ; ses tableaux mettent en lumière la peur, la vieillesse, la dureté de la vie», souligne-t-elle dans son ouvrage  «Dictionnaire des Artistes Contemporains du Maroc» paru aux Editions Africarts.

laissez un commentaire