L’UE veut simplifier les visas pour les voyageurs de confiance

La Commission de l’UE a proposé aujourd’hui de réformer la politique commune de visas de l’Union. Les modifications proposées visent à moderniser et à alléger les règles communes de l’UE en matière de visas, ainsi qu’à simplifier les procédures de délivrance des visas tant pour les voyageurs en règle que pour les États membres, tout en renforçant les normes de sécurité applicables à la procédure de traitement des visas.

Des procédures plus rapides et plus souples: le délai imparti pour l’adoption d’une décision sur la demande de visa sera écourté, passant de 15 à 10 jours. Les voyageurs auront la possibilité de déposer leur demande jusqu’à 6 mois avant le déplacement qu’ils ont programmé, au lieu de 3 mois actuellement, et de remplir et signer leur demande par voie électronique.

Des visas à entrées multiples assortis d’une plus longue durée de validité: des règles harmonisées s’appliqueront aux visas à entrées multiples, de manière à mieux prévenir le «visa shopping» (course au visa), et à permettre aux États membres et aux voyageurs réguliers d’économiser de l’argent et du temps. Ces visas à entrées multiples seront délivrés aux voyageurs réguliers de confiance dont les antécédents en matière de visa satisfont aux conditions pour passer progressivement d’une durée de validité d’1 an à une durée de 5 ans. Le respect des conditions d’entrée par les voyageurs fera l’objet de vérifications approfondies et répétées.

Des visas de court séjour délivrés aux frontières extérieures: afin de faciliter les voyages touristiques de courte durée, les États membres seront autorisés à délivrer des visas à entrée unique directement aux frontières terrestres et maritimes extérieures, selon des régimes temporaires ou saisonniers et sous réserve de conditions strictes. Ces visas seront valables pour un séjour d’une durée maximale de 7 jours, uniquement dans l’État membre de délivrance.

Des ressources supplémentaires pour renforcer la sécurité: les coûts de traitement ayant sensiblement augmenté au cours des dernières années, une hausse modérée des droits de visa – qui n’ont pas été majorés depuis 2006 – sera appliquée (de 60 EUR à 80 EUR). Sans constituer un obstacle pour les demandeurs de visa, cette hausse modérée devrait permettre aux États membres de maintenir un personnel consulaire en nombre suffisant dans le monde entier, afin d’assurer des contrôles de sécurité plus stricts, et de moderniser le matériel informatique et les logiciels.

 

laissez un commentaire