Un Prix Nobel qu’un père aurait pu avorter

À la veille de la Journée internationale de la femme, on se souvient de la neurologue pionnière Rita Levi-Montalcini. Ses recherches révolutionnaires sur la façon dont le système nerveux développe une compréhension approfondie des problèmes médicaux tels que la démence sénile, les malformations et les maladies tumorales. Née en Italie en 1909, son père ne croyait pas aux carrières professionnelles des femmes et ne laissait pas ses filles s’inscrire à l’université. Mais Rita n’a pas abandonné et a insisté pour étudier. La longue route vers le prix Nobel passait par la construction d’un laboratoire dans sa chambre pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle avait 103 ans lorsqu’elle est décédée en 2012.

Combien de filles empêchées d’étudier auraient pu, pourraient aller aussi loin.

Hakim Arif

laissez un commentaire