Au nom de la Femme…

La femme africaine n’est pas qu’un « complément d’effectifs » dans le secteur agricole. Elle est un acteur majeur, mais peu reconnu. Le congrès, organisé par « Believe in Africa », a été l’occasion pour souligner son rôle, mais aussi en vue d’apporter des réponses aux défis à relever.
Pour un premier coup d’essai, c’était un coup de maître. Ils étaient plus de 250 personnalités à avoir fait le déplacement pour prendre part à la conférence internationale : « Femmes et agriculture en Afrique ». Organisée par « Believe in Africa », cette conférence, tenue du 11 au 13 septembre à Marrakech, a été l’occasion pour débattre des problématiques relatives à l’agriculture dans le continent, mais aussi de la place prépondérante qu’occupe la femme africaine dans un secteur certes porteur, mais qui est aussi confronté à une multitude de contraintes.
Un rendez-vous qui est placé, nous dit la présidente de « Believe in Africa » sous le signe de l’action. D’autant plus, précise Angelle Kwemo, que l’Afrique a besoin d’actions concrètes à même d’aider les femmes agricultrices, mais aussi à aider à la transformation tant attendue, du secteur agricole en Afrique. D’ailleurs, lors des différents panels qui ont marqué l’événement, intervenants et participants se sont appesantis sur les moyens de nature à apporter des réponses concrètes aux adversités auxquelles font face les femmes africaines qui opèrent dans l’agriculture, notamment en matière de financement. Or, ce congrès, comme l’a souligné Mbarka Bouaida dans son intervention lors de la séance inaugurale, constitue « un cadre stratégique pour discuter de la situation de la femme agricultrice, dans un secteur qui lui doit énormément, mais sans pour autant jouir de la reconnaissance qu’elle mérite ». Et la secrétaire d’Etat chargé de la pêche maritime de souligner que cela nécessite « une mobilisation active et permanente, à travers des actions concrètes, réalisables et mesurables ».
D’ailleurs, comme nous l’ont déclaré plusieurs congressistes, rendez-vous est d’ores et déjà pris pour une deuxième édition, devant avoir lieu en mai 2018 dans la ville ocre, pour faire le point sur les résultats concrets des engagements pris lors de cette première édition.

laissez un commentaire