Mohamed Boussaid : «Le Maroc a une économie complémentaire avec l’ensemble des 15 pays de la CEDEAO»

Le maroc est toujours en attente de son adhésion à la CEDEAO. Le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid, se dit optimiste quant à la suite du dossier actuellement entre les mains du Conseil spécial de l’organisation. Pour lui, la présence de compagnies africaines au maroc est remarquable, en témoigne le rachat d’une compagnie d’assurances marocaine par un groupe sud-africain. Entretien réalisé par Serigne Cheikh Djitté 

 

 

La coopération Maroc- Afrique prend une nouvelle tour- nure avec le rapprochement avec l’Afrique du sud. Qu’est-ce-qui peut- être fait avec cette puissance écono- mique du continent ?

Le Maroc est un pays africain qui, grâce au leadership, à la clairvoyance de Sa Majesté et sa vision, opère un retour normal dans sa famille africaine. Ce retour ne se fait pas uniquement sur le plan politique et diplomatique, il se base sur des partenariats économiques concrets avec un impact sur le développement, la croissance, la création d’emplois, etc. Il faut noter aussi la présence du secteur privé dans plusieurs secteurs classiques qui permet de renforcer la coopération avec le continent. Nous voyons avec beaucoup d’intérêt la présence du secteur financier (banques, assurances) qui a été précurseur dans beaucoup de pays. Donc l’esprit de coopération sud-sud est consolidé, fortifié par cette présence des opé- rateurs marocains qui repose sur le partage, l’échange d’expériences.

Cependant, nous constatons que ce n’est pas uniquement les Maro- cains qui investissent dans les pays subsahariens, il y a également un certain nombre de pays, de grandes compagnies africaines qui inves- tissent dans notre pays. On peut citer comme exemple récent, le rachat par une grande compagnie sud-africaine (Sanlam, ndlr) d’une compagnie dynamique d’assurances marocaine (Saham Assurances, ndlr) dans ce cadre. Donc, il y a un bel avenir dans cette coopération et ce dans les deux sens.

Pour la CEDEAO, où en est le dos- sier suite au report de l’adhésion tant souhaitée ?

Le Maroc a formulé sa demande qui a été accueillie favorablement par l’ensemble des pays de la CEDEAO. Bien entendu, c’est un processus sera entériné mais qui prendra du temps aussi. Donc au vu des dernières déclarations du Conseil de la CEDEAO, une session spéciale se tiendra pour examiner la demande du Maroc.

Vous restez optimiste pour l’adhésion du Maroc ?

Bien sûr, nous sommes optimistes. Je pense que l’esprit avec lequel la demande a été formulée qui se base sur la coopération, d’apport, de complémentarité, nous laisse optimistes. Je dois signaler que le Maroc a une économie complémentaire avec l’ensemble des 15 pays de la CEDEAO. Nous ne faisons pas le cacao ni le café mais notre agriculture est complémentaire. Aujourd’hui, il y a réellement des synergies importantes et intéressantes à trouver entre l’écono- mie marocaine et l’ensemble des éco- nomies constituant la CEDEAO.

laissez un commentaire