« Au pas des merveilles » de Jihane El Bahhar

 Le premier long métrage de la réalisatrice Jihane EL BAHHAR, intitulé « Au pays des merveilles », sera projeté dans les salles de cinéma à partir du mercredi 15 mars 2017.

Au pays des merveilles raconte l’histoire d’une femme bourgeoise, snob et prétentieuse, que les événements l’ont poussé a partagé la vie d’une famille modeste dans les montagnes du Moyen Atlas où les conditions de vie sont difficiles et le quotidien est pénible.

Tourné à 80 km de la ville d’Azrou, le film a essayé de lever le voile sur la souffrance des locaux de ce Maroc profond, dans les montagnes de l’Atlas, à travers une approche comique qui porte à l’écran les conditions climatiques dures et glacial avec une absence des infrastructures basiques dans cette région.

Des acteurs de renommé ont participé à ce long métrage, notamment Majdouline Idrissi, Aziz Dadas, Mohamed Choubi, Malek Akhmiss, Houda Sidki et Fadwa Taleb.

La réalisatrice du film Jihane EL Bahhar a confirmé que les conditions du tournage, qui s’est étalé sur deux mois dans la région d’Azrou, ont été très difficiles en cette période où les conditions climatiques sont sévères et en l’absence des infrastructures dans ce Maroc profond et enclavé. D’où est né l’intitulé dufilm « Au pays des merveilles » qui nous rappelle que nous vivons dans un pays éparpillé avec des coins reculés où règnent la disparité et les contradictions. « Mon but est que le film éveille chez le spectateur ses émotions et nourrisse des sentiments positifs qui vont le pousser à la réflexion et à la méditation » déclare Jihane El Bahhar.

De sa part, Majdouline Idrissi a précisé que : « malgré la difficulté des conditions, le travail avec Jihane EL Bahhar a été un grand plaisir surtout que le tournage a passé dans des conditions familiales et conviviales. C’était une réelle occasion de travailler avec une réalisatrice obsédée par son travail et prise par sa vision artistique unique ».

Le star Marocaine Aziz DADAS a de sa part précisé : « j’étais fort surpris par le capacité de Jihane à créer des situations humoristiques et de sa façon de travailler avec les acteurs à travers une approche de management maîtrise, tout en laissant une marge de manœuvre pour la créativité. « Au pays des merveilles » est une belle expérience que je considère comme la comédie de l’année ».

Ce film est une étape cruciale dans le parcours de Jihane El Bahhar puisqu’il corrobore un parcours artistique professionnel grevé par un nom respectueux dans la scène cinématographique et audiovisuelle nationale. Lauréate de la section audiovisuelle de la faculté Ibn mssik de Casablanca, elle a participé dans la cellule de scénario de plusieurs sitcoms : « Lalla Fatima », « Dar oumi Hania » en passant par « yak Hna Jirane » ; Avant de se consacrer à l’écriture des télé- films : « had sadaqua » de Adil FDILI « Juste pour les couples» de Hassan Benjelloun ; et des films cinématographiques notamment « Femmes en miroirs » de Saad Chraibi.

Après plusieurs stations de perfectionnement de sa formation au Maroc et à l’étranger dans des spécialités principales de l’industrie cinématographique, la réalisatrice a donné vie à son 1er court métrage « shift+sup » qui a été primé dans plusieurs festivals nationaux et internationaux, dont le prix du meilleur scénario dans la 8e édition du festival international de Beyrouth.

Le film « l’âme perdue » va constituer une marque distinctive du portefeuille de Jihane après avoir remporté dans le festival du film de Tanger le prix de la critique et le prix du scénario. Son court métrage « Dernier chapitre » viendra lui aussi confirmer son génie en tant que cinéaste.

 

laissez un commentaire