Le Liban dans la tourmente

Ahmed Charaï

L’annonce de la démission de Saad Hariri, à partir de Ryad, est le résultat de contradictions qui ne datent pas d’aujourd’hui. Les accords de Taëf avaient mis fin à une guerre civile très meurtrière. Seulement à l’époque, le Hezbollah n’était pas le monstre qu’il est actuellement. Il est plus fort que l’armée libanaise, c’est lui qui a livré la dernière guerre à Israël. Le système confessionnel permet à ce parti de bloquer les institutions quand il veut, ou quand l’Iran le lui demande. C’est ce qui s’est passé pendant deux ans durant lesquels le Liban n’avait pas de Président et n’était dirigé que par un gouvernement provisoire. L’accord permettant de mener Saad Hariri à la tête de l’Exécutif a été subordonné à l’élection du général Aoun, allié du Hezbollah à la présidence. Ces rappels sont importants parce qu’ils situent les faiblesses du système confessionnel au Liban. Mais il faut comprendre que ces faiblesses font de ce petit pays un terrain de lutte d’influence pour les forces régionales. La Syrie ne l’a quitté qu’après l’assassinat de Rafic Hariri, suite à des manifestations monstres. L’Iran à travers le Hezbollah est un acteur décisif et l’Arabie saoudite est omniprésente à travers les sunnites… Et donc à travers Hariri. La nouvelle tension est une annonce d’un affrontement direct entre Téhéran et Ryad. Le fait que des responsables saoudiens déclarent « qu’un gouvernement libanais, avec la présence du Hezbollah, est un gouvernement de guerre contre l’Arabie saoudite », nous renseigne sur l’intensité des tensions. Hariri traînerait des casseroles financières dans son deuxième pays, l’Arabie saoudite, et serait impliqué dans les procès qui se préparent. Cela n’est pas décisif. En revanche, ce qui est important, c’est la nouvelle situation régionale. L’Arabie saoudite sait qu’al-Assad a gagné sa guerre, grâce à son allié Russe et à Téhéran, contre les mouvements islamistes radicaux. Les soldats du Hezbollah reviennent mieux formés et mieux armés au Liban. Ryad a un objectif déclaré concernant la limitation de l’influence iranienne. L’Arabie saoudite essaie de normaliser avec l’Irak pour soustraire Haidar al-Abadi, le Premier ministre irakien, de l’influence des mollahs. Elle mène une guerre au Yémen contre les Houtis, des « chiites locaux», elle fragilise le Hamas, avec le soutien de l’Égypte au vu de sa proximité avec l’Iran. C’est une guerre totale. Le Liban est au centre de cette lutte. Mais ce qui a attisé la colère des Saoudiens, c’est le Hezbollah qui a négocié avec les extrémistes syriens leur départ de Arsal et non pas avec l’armée libanaise. Créer une nouvelle crise politique est un choix imposé à Ryad par le déséquilibre des pouvoirs au Liban. Saad Hariri sait que sa démission met le Liban dans l’oeil du cyclone. Pourtant, l’économie se redressait, grâce aux investissements saoudiens et non pas iraniens, le tourisme était en expansion et les faits de violence diminuaient. Les perspectives sont beaucoup moins roses. Le voisin israélien est lui aussi très irrité par le renforcement politique, mais surtout militaire du Hezbollah. Les Israéliens ont attaqué plusieurs dépôts d’armes en Syrie, destinés aux combattants de Nasrallah. Malgré le « Liban First » de Hariri, il est clair que le Liban est dépendant des puissances régionales. Chaque confession a son parrain, et celui-ci réfléchit d’abord en fonction de ses intérêts. Le Liban est pris en tenaille, en l’absence d’unité nationale. Il est plus que probable qu’il devienne le nouveau théâtre d’affrontements, peut-être même armés. Cela peut être évité si le Hezbollah accepte de devenir un parti comme les autres, qu’il rend les armes et qu’il n’intervient pas hors des frontières. Cela paraît illusoire parce qu’il a été créé contre le mouvement «Amal», qui représentait les chiites justement, pour défendre, arme au poing, les intérêts de l’Iran. Le Hezbollah domine le sud, une partie de Beyrouth et a infiltré l’armée. On le voit mal céder aux pressions saoudiennes. L’apaisement n’est pas pour demain, et c’est malheureux pour le peuple libanais.

laissez un commentaire