Agrumes marocains : A la recherche de nouveaux marchés   

La production agrumicole au Maroc est victime de son succès. La récolte a atteint des niveaux record dans certaines régions, au point que les unités frigorifiques de stockage et de conditionnement disponibles ne lui suffisent plus. Exemple: avec leur production qui a augmenté de 25%, les producteurs de Berkane ont créé le buzz à travers les réseaux sociaux. Sur des vidéos qui ont fait le tour du monde à travers les réseaux sociaux, on a vu certains parmi eux se débarrasser du surplus de leurs clémentines.

Cette situation a été au cœur des échanges qui ont eu lieu, mercredi 9 janvier 2019 à Rabat, entre le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts et les représentants des interprofessions agricoles.

Outre le problème du stockage, celui de la commercialisation des agrumes au Maroc, et à l’international, était aussi au centre des discussions. Là aussi, les marchés déjà conquis par les producteurs-exportateurs marocains ne suffisent plus. La conquête d’autres marchés s’imposent donc. Les professionnels présents à cette réunion ont été appelés à renforcer leurs efforts sur les marchés classiques et à s’orienter vers des marchés à forte demande, lit-on dans un communiqué du ministère de l’Agriculture.  De son côté, selon la même source, le ministre Aziz Akhannouch a réaffirmé son engagement sur cette voie de la diversification des marchés et la recherche de nouveaux débouchés ainsi que l’appui à la filière.

Bon à savoir

La production agrumicole a augmenté à Berkane de 25% et à Béni Mellal de 18%. L’accumulation du produit est dû au retard des pluies qui a entrainé un retard au niveau de la maturité des fruits. Il en a résulté une variation de qualité, ce qui s’est reflété sur les critères exigés à l’export. Il n’empêche l’export des clémentines de Berkane a connu un bond de 13%. Malgré tout, le besoin de nouveaux marchés reste impérieux.

 

laissez un commentaire