Banques : La BCP bien partie pour prendre le contrôle de quatre banques en Afrique

Dans le cadre de sa stratégie d’expansion au Maghreb et en Afrique subsaharienne, le groupe Banque Centrale Populaire (BCP) annonce être entré en négociations exclusives avec le groupe français BPCE, celui-ci ayant retenu son offre ferme pour l’acquisition de ses participations dans quatre banques en Afrique.

La cérémonie de signature a eu lieu ce 25 septembre au siège du groupe BPCE à Paris. Les participations concernées sont :

  •   Au Cameroun : 68,5% dans la Banque Internationale du Cameroun pour l’Épargne etle Crédit (BICEC), 3ème acteur bancaire du pays ;
  •   A Madagascar : 71% dans la Banque Malgache de l’Océan Indien (BMOI), 4ème acteur bancaire ;
  •   En République du Congo : 100% dans la Banque Commerciale Internationale (BCI), 4ème acteur bancaire ;
  •   En Tunisie : 60% dans la Banque Tuniso-Koweitienne (BTK), acteur historique dans le secteur bancaire du pays.

    Avec 1.886 collaborateurs, les quatre banques disposent de 117 agences et centresd’affaires, et ont réalisé à fin 2017 un PNB agrégé d’environ 2 milliards de dirhams.

    Cette offre, qui fait suite à l’acquisition récente de la Banque des Mascareignes basée à l’IleMaurice, permettrait au groupe BCP d’accélérer de manière significative son développement en élargissant sa couverture géographique à 17 pays en Afrique. Elle s’inscrit dans lacontinuité de la vision stratégique définie pour l’International qui vise à construire le premier groupe bancaire du continent, solidaire et à fort ancrage local. Elle permettrait aux banquesconcernées de s’adosser à un partenaire financier et industriel disposant d’une solideexpérience dans le domaine bancaire, et en mesure de développer davantage leur activité.

    Ce projet sera soumis aux Instances Représentatives du Personnel du groupe BPCE en France, et sa finalisation conditionnée par l’obtention des autorisations réglementaires usuelles au Maroc et dans les différents pays de présence des banques concernées.

 

laissez un commentaire