Fraude aux examens du bac: 15 personnes arrêtées dès le premier jour


La brigade locale de la police judiciaire de M’rirt a arrêté, ce mardi 5 juin 2018, huit personnes, dont deux candidats passant les examens du baccalauréat, pour leur implication présumée dans des actes de fraude aux examens, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Les services de la sûreté nationale avaient ouvert une enquête judiciaire à l’encontre de deux candidats qui ont été pris en flagrant délit de triche par le comité de surveillance, ajoute le communiqué, précisant que les investigations ont révélé l’existence de liens entre l’un de ces candidats et un groupe « Whatsapp » s’activant dans la facilitation des opérations de triche et la fourniture de réponses aux épreuves en contrepartie de sommes d’argent.

Les procédures de l’enquête judiciaire ont permis de localiser le groupe suspect dans un domicile situé au quartier El Farah à M’rirt, souligne la DGSN, relevant que six personnes ont été appréhendées en flagrant délit alors qu’elles recevaient les questions et transmettaient les réponses au profit des candidats.

La même source note que 11 téléphones portables et 3 ordinateurs ont été saisis, outre un ensemble d’ouvrages et de programmes scolaires, utilisés dans les opérations de fraude.

Une enquête judiciaire a été ouverte à l’encontre des mis en cause sous la supervision du parquet compétent en vue d’identifier toutes les personnes impliquées dans ces actes criminels, conclut le communiqué.

Par ailleurs, le même jour (mardi 5 juin 20&8) les services de la police judiciaire du district provincial de sûreté de Fqih Besalah ont arrêté neuf personnes pour leur implication présumée dans des actes de fraude aux examens du baccalauréat, indique un communiqué de la DGSN.

Les premières investigations menées par les services de sûreté ont révélé que le principal suspect, un étudiant universitaire, réservait un logement hébergeant huit autres complices pour fournir les réponses aux sujets des examens à travers les nouvelles technologies de communication en contrepartie de sommes d’argent reçues de la part des candidats aux examens nationaux du baccalauréat, explique le communiqué. Les perquisitions effectuées par les éléments de sûreté au domicile du mis en cause ont permis la saisie d’un PC portable et de 13 téléphones mobiles contenant des modèles de questions des examens avec les réponses, tous connectés au réseau via un appareil de piratage d’Internet, qui a été également saisi, outre une somme de 6660 dirhams perçus auprès des candidats dont l’identification est en cours, précise le communiqué. Les mis en cause ont été placés en garde à vue pour les besoins de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, alors que les opérations menées par les services de la DGSN se poursuivent en vue d’identifier l’ensemble des personnes impliquées dans ces actes criminels, conclut la même source.

laissez un commentaire