La stratégie afro-optimiste de Caterpillar

de gauche à droite : othman douiri, raymond W.M.chan et david picard.

De gauche à droite : othman douiri, raymond W.M.chan et david picard.

Continuer à construire l’Afrique de demain en étant encore plus proche des Africains, c’est le message que sont venus transmettre des top-managers de Caterpillar.

Mercredi 31 janvier de bon matin, Othman Douiri, secrétaire général de Tractafric Équipement (filiale du groupe Optorg, qui distribue les engins Caterpillar, entre autres), était heureux de présenter à des journalistes marocains, dans un grand palace casablancais, deux hauts représentants de Caterpillar, qui étaient en visite de travail au Maroc : le Vice-président en charge de la division distribution en Asie-Pacifique, dans la CEI, en Afrique et au Moyen- Orient, Raymond W.M. Chan ainsi que le directeur général de la zone Afrique et Moyen-Orient, David Picard. Le Maroc est la première étape de cette visite de prospection qui va conduire ces responsables dans d’autres pays africains.

Si les visiteurs ont commencé par le Royaume, ce n’est pas par hasard. La relation de Caterpillar avec Optog date de 1932. Entamée au Cameroun et au Congo, cette relation, que Douiri qualifie de mariage, s’étend aujourd’hui à 9 pays de l’Afrique centrale en plus du Maroc. Dans l’ensemble de ce périmètre, Tractafric Équipement a vendu, selon son secrétaire général, pas moins de 950 machines durant l’exercice 2016 pour un chiffre d’affaires de 380 millions d’euros.

Rien que sur le marché marocain, le distributeur a réalisé un CA de 950 millions de dirhams. Le gros de ce montant a été réalisé dans la construction. L’ambition affichée est d’améliorer ces résultats. Les mégaprojets annoncés dans le Royaume, dont la future Cité Mohammed VI Tanger-Tech, ouvrent de bonnes perspectives pour le constructeur. Dans ce sens, les partenariats liant désormais le Maroc et la Chine sont de bon augure. Raymond W.M. Chan, qui avait travaillé pendant de longues années en Chine se dit impressionné par la qualité de ces partenariats qui permettront d’ouvrir d’immenses chantiers.

Pour aller plus loin, le constructeur et son distributeur utilisent les mêmes mots : « Nous serons encore plus proches de nos clients ». C’est ce qu’ils sont allés dire aux responsables du groupe OCP qu’ils ont rencontrés le 30 janvier. L’objectif était d’affirmer avec force la volonté de Caterpillar, à travers Tractafric, de se rapprocher le plus possible de l’écosystème OCP. La stratégie d’expansion de ce groupe en Afrique ouvre d’énormes opportunités que le constructeur veut saisir.

 L’Afrique en ligne de mire

« Le groupe Optog a une marche déterminée vers l’Afrique », insistent David Picard et Othman Douiri. Le constructeur est bien outillé pour répondre aux besoins spécifiques des différents pays du continent dans la construction, l’électrification et les mines, comme dans le domaine forestier. Signe qui ne trompe pas sur l’importance que revêt l’Afrique pour Caterpillar, son patron a annoncé dernièrement un investissement d’un milliard de dollars dans le continent à l’horizon de 2020. De quoi donner un nouvel élan à une relation avec les Africains qui dure depuis 1926.

Par ailleurs, socialement responsable, Caterpillar a une Fondation qui est la 2e plus grande au monde. Ses actions sont surtout destinées aux jeunes, à travers l’éducation, et également aux femmes. Le programme Techniciens pour l’Afrique est l’une des plus récentes initiatives du constructeur. Lancée fin 2015 en RDC, au Nigeria, au Mozambique, en Afrique centrale, de l’Ouest et au Maroc, cette initiative a attiré plus de 1000 utilisateurs au cours des trois premiers mois de son lancement. Il s’agit d’une formation en ligne totalement gratuite qui améliore les compétences techniques des jeunes et leur ouvre donc de nouvelles perspectives de carrière.

laissez un commentaire