Mawazine: The Chainsmokers enchantés d’avoir découvert le public marocain

Pour la cinquième soirée de Mawazine à l’OLM Souissi, le public était encore une fois au rendez-vous  et est venu, nombreux, ovationner le duo de DJ le plus prometteur du moment The Chainsmokers.

« Le groupe multi-primé, avec notamment quatre Billboard Music Awards au compteur, a récemment atteint le chiffre record de plus de 5 milliards de vues cumulées sur YouTube », avait relevé un communiqué des organisateurs. Ces artistes ont enchanté le public qui le leur a bien rendu.  The Chainsmokers ont exprimé leur joie d’avoir joué, pour la première fois, sur une scène marocaine. Ils ont vite fait d’exprimer cette joie sur leur compte Instagram.

Par ailleurs, les festivaliers ont pu passer d’un duo de choc à l’une des plus belle voix du monde arabe, acclamant à l’espace Nahda le grand Wael Jassar, venu du Liban.

Sur cette scène orientale par excellence, le chanteur palestinien Ameer Dandan, qui est issu d’une famille d’artistes, a à son tour enchanté le public comme il avait su remarquablement le faire lors de son passage à la célèbre émission de jeunes talents « Arab Idol ».

Les musiques marocaines étaient également à l’honneur sur la scène marocaine de Salé avec la présence de Khadija Atlas, incarnation de la chanson amazighe, et de Mehdi Weld Hajib et Hajib, deux symboles de l’art de la Aïta au sein de la nouvelle génération.

Du côté du Bouregreg, « c’est Rilès, un rappeur français de 21 ans découvert grâce à Internet, qui a fait sensation. Dans un discours fort et émouvant, le chanteur a témoigné de son engagement solidaire et altruiste en annonçant au public qu’il remettait le cachet de sa prestation à une association marocaine », relève le communiqué.

Un élan de générosité qui a été largement salué et qui rappelle ce que de nombreux artistes ont déjà réalisé à Mawazine, à l’image de La Fouine en 2017, qui avait remis une partie de son cachet à la maison des enfants Lalla Hasnaa.

Au même moment, le Théâtre National Mohammed V a résonné aux sons du London Community Gospel Choir, un groupe connu pour son style « up-tempo gospel », swing-beat et R’n’B traditionnel, qui a livré un show époustouflant et plein d’émotion.

De cordes et de vibrations, il a encore été question au Chellah, où Sahana Banerjee, prodige du sitar, et Prabhu Edouard, un concertiste international spécialiste du tabla, ont accompagné la voix de Chiranjib Chakraborty, un grand maître du chant classique indien, au plus grand plaisir des mélomanes qui ont répondu présents.

Pour ce cinquième jour, Mawazine a aussi continué d’investir les rues de Rabat avec les spectacles de superbes troupes marocaines, Timing Boys, qui a réuni une dizaine de percussionnistes sur des rythmes effrénés de samba, hip hop, salsa, house et chaâbi, et Groupe Soleil, composé d’acrobates et d’échassiers formés à l’Ecole Nationale de Cirque Shems’y, conclut la même source.

La 17ème édition du festival Mawazine Rythmes du monde se poursuit à Rabat et Salé jusqu’au 30 courant, avec une programmation alléchante qui mêle les plus grandes stars du répertoire marocain, arabe, africain et mondial.

laissez un commentaire