Pour le Maroc, les propos et les actes de Ban Ki-moon ne sont ni justifiables, ni effaçables

La toute récente sortie du porte-parole du Secrétariat général de l’ONU, expliquant que les dérapages de Ban Ki-moon, lors de son déplacement à Tindouf et à Alger, relevaient du «malentendu», n’a pas laissé de marbre les autorités marocaines. Le ministère des affaires étrangères a vite fait de répliquer que les propos et les actes inadmissibles du Secrétaire Général de l’ONU lors de sa récente tournée régionale ne peuvent être réduits à un simple « malentendu». Ce département souligne qu’il s’agit d’actes d’une gravité sans précédent, qui ne sont «ni justifiables, ni effaçables». La même source confirme que les «agissements» du secrétaire général onusien sont prémédités et visent à «à altérer la nature du différend et qui préjugent de son issue». Et d’ajouter qu’il s’agit, ni plus ni moins, d’un alignement total sur les thèses des autres parties. Pour le ministère de s Affaires étrangères marocain les actes de Ban Ki-moon compromettent sérieusement les principes fondamentaux du mandat de facilitation confié par le Conseil de Sécurité, et se départissent de l’exigence de neutralité et d’impartialité auxquelles le Secrétariat Général de l’Onu devrait s’astreindre. Malgré tout, le Maroc a réitéré sa disposition à s’engager dans un dialogue responsable, global et constructif au sujet de la crise provoquée par les propos du SG de l’ONU.

 

 

laissez un commentaire