Du rosé espagnol vendu comme français

L’arnaque est dans la bouteille ! L’affaire d’un vin rosé ibérique sous «étiquetage» de l’Hexagone fait grand bruit. Et cela pèse des millions.
Les services antifraude français ont découvert une arnaque à grande échelle: Du vin rosé espagnol vendu en vrac, présenté comme produit français, a révélé «Le Parisien».
La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui a mené une enquête en 2016 et 2017, estime que plus de 70.000 hectolitres de vin espagnol ont été fabriqués, soit 10 millions de bouteilles.
Ses services ont contrôlé les grands importa teurs français et ont trouvé une fraude dans les opérations de quatre concessionnaires, a déclaré le directeur adjoint du cabinet de la DGCCRF, Alexandre Chevallier, dans une déclaration à « Le Parisien ».
L’un d’entre eux, à Narbonne, a fait passer 30.000 hectolitres de rosé arrivés d’Espagne.
Chevallier a déclaré qu’ils avaient reçu des alertes depuis la fin de l’année 2015 et c’est pourquoi ils ont lancé des inspections sur tous les maillons du secteur, des producteurs aux importateurs, en passant par les restaurants ou les groupes de distribution.
Dans 22% des établissements visités, des anomalies plus ou moins graves ont été décelées.
Des poursuites pénales ont été engagées pour des accusations de tromperie, de pratiques commerciales trompeuses, de tromperie par des bandes organisées ou d’usurpation de signes de qualité. Ces crimes entraînent des peines allant jusqu’à deux ans de prison et une amende de 300.000 euros.
La raison de cette grande fraude est que le rosé espagnol a été acheté en 2016 à une moyenne de 34 cents le litre, alors qu’en France, il vaut 75 à 90.
Les pratiques irrégulières les plus fréquentes mises en évidence par les services antifraude portent sur le label : la mention de l’origine est inscrite dans un endroit discret; divers éléments présentaient le produit en français, comme illustrations de propriétés viticoles, avec utilisation même de drapeaux français.
Dans de nombreux cas, des mentions prêtent à confusion, comme la mention «embouteillé en France».

laissez un commentaire