Inwi lance Damir, son nouveau jeu éducatif sur Internet

La majorité des plus jeunes marocains disposent de nos jours d’appareils technologiques, qu’il s’agisse de tablettes, téléphones ou ordinateurs. Cette tranche d’âge entre les 5 et 14 ans arrive aujourd’hui à se connecter quotidiennement à Internet sans problème selon la dernière étude de l’ANRT.

Dans le cadre de la protection de la navigation des enfants sur Internet et par souci d’accompagnement des parents, Inwi lance une application ludo-éducative baptisée Damir, du nom de la mascotte créée par Inwi à cet effet, désormais connue du jeune et du grand public.

Inwi avait déjà travaillé sur des campagnes de sensibilisation du jeune public aux divers dangers d’internet, notamment des projets de protection contre la violation de la vie privée, les mauvaises rencontres, les contenus inappropriés, etc.

L’application nouvellement lancée,  vise les enfants entre 7 et 12 ans et les sensibilise à travers des quizz leur permettant de développer les bons réflexes quant aux dangers qu’ils risquent sur Internet. Le joueur peut ensuite personnaliser son profil, adapter la langue, adopter un avatar parmi une galerie de personnages, activer ou désactiver le son et la musique, etc.

«L’expérience-joueur est très importante dans ce genre d’applications. L’enfant doit véritablement s’amuser tout en s’informant sur les dangers d’Internet et en adoptant les bons réflexes», explique Kenza Bouziri, Directeur communication corporate & RSE qui poursuit : «L’application Damir vient enrichir le dispositif déjà mis en place par Inwi en matière de protection des enfants sur internet. Le lancement de cette nouvelle application confirme l’engagement constant de l’opérateur pour accompagner parents, enfants et éducateurs pour profiter du meilleur de la technologie sans risques ni désagréments. Internet est un véritable outil de découverte et d’épanouissement pour nos jeunes enfants. Notre rôle en tant qu’opérateur global et citoyen est de les accompagner au quotidien et de créer des outils et des espaces sécurisés de navigation pour eux», conclut Kenza Bouziri.

laissez un commentaire