WMC 2019 – Entretien avec Mounir Ladki Président co-fondateur et DG exécutif technologies de Mycom-OSI

C’est devant le stand 1A42, situé à droite de l’entrée principale du Hall 1 de l’immense Fira de Barcelone que nous avons rencontré Mounir Ladki. Sortant, souriant, d’un speed meeting, le patron Mycom-OSI est très sollicité. D’autres clients européens potentiels l’attendent.

Son entreprise fournit divers logiciels de gestion de la qualité de service et de l’automatisation des réseaux de télécommunications mobile, fixe et même satellitaires. L’arrivée de la 5G est du pain bénit pour son business. C’est de cette nouvelle technologie que nous sommes venus lui parler, mais plutôt sous un aspect qui semble terrifier les Américains.

 Entretien réalisé par Mohammed Zainabi

 

 

L’Observateur du Maroc et d’Afrique : La 5G est la grande « vedette» de la WMC de cette année. Que va changer cette nouvelle technologie chez les opérateurs télécoms ?

 Mounir Ladki : La 5G est une vraie révolution. Elle va changer le business même des opérateurs. Ceux-ci se transformeront en backbone*. Ils seront à même de pouvoir connecter toute l’économie digitale. Les connexions se feront en temps réel, avec une latence quasi nulle puisqu’elle est estimée à une milliseconde.

Le tout avec des vitesses et des capacités énormes. Exemple : des données d’un gigabit de volume pourront être envoyées en une seconde seulement.

Grâce à la 5G, la digitalisation deviendra donc une réalité pour tous les secteurs. Les activités économiques, commerciales et industrielles seront totalement transformées. Ainsi, cette technologie permettra l’émergence d’usines connectées, de voitures connectées voire sans conducteur. Il en va de même pour les drones et pour d’autres outils. Ainsi, les opérateurs devront mettre en place un nouveau modèle opérationnel. Bientôt, il ne s’agira plus d’offrir juste une connectivité pour un abonné qui regarde un contenu vidéo sur son smartphone. Mais il faudra connecter des systèmes de santé, des usines, des voitures, des infrastructures, entre autres. Tout cela va révolutionner et changer complètement la façon dont on travaille aujourd’hui.

 

Quid des risques de déconnexion ou des lenteurs momentanées ?

 

On change d’ère. Les opérateurs auront à garantir un niveau de qualité de service jamais égalé. Avec la 4G, on pouvait se permettre une déconnexion, mais il en sera tout autrement à l’ère de la 5G.

Aucun défaut de service ne sera permis de la part des opérateurs. Imaginez qu’une voiture connectée à la 5G, qui de ce fait peut freiner à distance, soit momentanément déconnectée, ce serait la catastrophe. On peut multiplier les exemples dans les domaine de la santé, de l’industrie ou autres. Les opérateurs devront donc fournir et assurer l’immédiateté absolu.

 

Au-delà de l’unanimité que suscite la 5G sur ses bienfaits, une vive polémique oppose Américains et Chinois sur la perméabilité du réseau 5G à l’espionnage. C’est quoi le fond du problème ?

 

Comme je viens de le souligner, avec le réseau 5G, il ne s’agira plus de connecter des particuliers ou des entreprises juste pour l’échange d’e-mails ou de contenus web quels qu’ils soient. Nous allons connecter des pans entiers de l’industrie, de la défense militaire, de la logistique, des infrastructures d’un pays, etc. C’est pour vous dire qu’aucun pays ne peut se permettre d’avoir un réseau 5G qui serait perméable à des attaques ou à des incursions de la part de systèmes malveillants. En l’occurrence, c’est du risque pour la sécurité, les infrastructures et l’économie d’un pays dont on parle ici. De ce fait, la question sur le réseau internet devient plus sensible que jamais.

 

Mais pourquoi il y a eu cette polémique américano-chinoise ?

 

Abstraction faite de ce qui a été publiquement dit par les uns et les autres, à mon avis, le fond du problème est que Huawei a décidé de fabriquer ses propres chipsets. Les Chinois ont opté pour un modèle vertical, complètement intégré. Cela rend difficile la possibilité de savoir si jamais il y a des intrusions ou il y a des fuites de données, voire un espionnage. C’est ce qui a inquiété les Américains, comme un certain nombre d’autres pays dans le monde. Dans le modèle que Huawei tente de rompre aujourd’hui, ce groupe achetait des chipsets auprès d’autres constructeurs comme les américains Qualcomm ou Intel.

Je pense qu’Américains et Chinois vont finir par trouver un compromis. Tout laisse penser que Huawei adoptera un système de fabrication qui ne soit plus aussi intégré que ce groupe l’aurait souhaité. Cette solution permettra de mettre fin rapidement à la crise actuelle.

 

Certains ne voient dans cette crise qu’une surenchère politico-économique sur fond de course vers le leadership mondial. Qu’en pensez-vous ?

 On peut aller dans ce sens parce que les risques d’espionnage chinois ne sont toujours pas prouvés. Ce sont donc des risques théoriques. L’autre élément qui renforce ce côté politique de la polémique est que d’autres pays continuent de travailler avec Huwaei. Comme déjà dit, on va aller vers un compris dans lequel les Chinois accepteront d’intégrer d’autres produits…américains de préférence ✱

laissez un commentaire