La FAO et la BERD soutiennent l’oéliculture

« Le secteur de l’huile d’olive au Maroc joue un rôle de premier plan dans le Plan Maroc Vert. Dans le cadre de cet ambitieux programme, les priorités du gouvernement pour le développement de cette importante filière portent sur l’agrégation, l’amélioration de la qualité, une plus grande efficacité de la filière, le développement du marché local de l’huile d’olive et le soutien à l’exportation de produits ″Made in Morocco″ » a déclaré Monsieur Michael George Hage, Représentant de la FAO au Maroc.
En collaboration avec la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive (Interprolive), les associations marocaines de l’industrie de l’huile d’olive et la Direction Régionale de l’Agriculture de Fès-Meknès, la BERD et la FAO ont pris l’initiative d’organiser une série d’ateliers sur la taille de l’olivier dans la région de Fès-Meknès. Ces efforts de formation s’inscrivent dans un projet d’appui à la filière oléicole co-financé par les deux institutions.

Plus de 300 personnes vont pouvoir bénéficier de 12 sessions de formations qui se dérouleront du 12 au 18 mars. Des étudiants d’écoles agraires, des membres de GIE oléicoles et des agriculteurs des provinces de Sefrou, Taza et Taounate – notamment ceux qui pratiquent une conduite traditionnelle de l’olivier – compteront parmi les bénéficiaires de l’initiative, même si les formations ont aussi ciblé des agriculteurs pratiquant déjà une culture semi-intensive de l’olive. L’idée est d’attirer des jeunes à exercer le métier très important de la taille et de former des prestataires de services dans la région.

Une taille bien effectuée est en effet essentielle à une bonne conduite de l’olivier. Au fil des années, elle permet d’augmenter considérablement la productivité, même dans les systèmes traditionnels de production.

Les formations sont données par des experts internationaux qui ont pris soin d’adapter leur enseignement aux conditions locales. Ces derniers ont ainsi utilisé à la fois des outils modernes et les outils traditionnels utilisés par la plupart des agriculteurs de la région.

« En renforçant les institutions de la filière oléicole et en mettant l’accent sur la qualité de la production, le Maroc pourra enfin consolider la filière oléicole au niveau national, permettant ainsi la création de précieux emplois dans les zones rurales et l’augmentation des exportations » a souligné Monsieur Mohamed Sadiki, Secrétaire-Général du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime.

laissez un commentaire