Le Maroc et l’UE se réengagent pour les start-up

 

Deux accords visant à renforcer les programmes « Compétitivité et croissance verte » et « d’appui à la réforme de la protection sociale au Maroc » ont été signés, vendredi 14 septembre 2018 à Rabat, entre le Maroc et l’Union européenne (UE).

Ces accords ont été paraphés par le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun, et le Commissaire européen à la politique européenne de voisinage et aux négociations d’élargissement, Johannes Hahn, qui effectue une visite au Maroc.

Le programme « Compétitivité et Croissance verte », qui porte sur un montant de plus de 1,15 milliard de dirhams (MMDH), appuie notamment le statut de l’Auto-entrepreneur, les primo-exportateurs, le climat des affaires et l’émergence des filières de recyclage.

« Le développement des start-up et de l’innovation est l’un des maillons essentiels à la prospérité d’une économie », a souligné, à cette occasion, M. Hahn, ajoutant qu’en mobilisant plus de 231 millions de dirhams sur l’appui à la nouvelle Stratégie Nationale d’Inclusion Financière et en particulier au programme Innov’Invest mis en œuvre par la Caisse Centrale de Garantie (CCG), l’UE souhaite contribuer au développement d’un secteur privé marocain compétitif, productif et créateur d’emplois décents.

Ce programme, d’un montant de plus de 1,19 MMDH, vise à soutenir les efforts du gouvernement et contribuer à la réduction des inégalités et à améliorer la cohésion sociale et du développement humain de la société marocaine à travers la promotion de l’accès équitable aux services sociaux de base selon une approche de droit.

De son côté, M. Benchaâboun a indiqué, dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature de ces accords, que la visite de M. Hahn a été une occasion d’examiner les différents volets de la coopération entre le Maroc et l’UE et d’établir le bilan des réalisations pour la période 2014-2017.

« C’était également l’occasion pour préparer les dossiers sur lesquels nous allons travailler sur la période prochaine qui va s’étendre jusqu’à 2020 », ainsi que pour développer le volet économique des relations Maroc-UE, a-t-il ajouté.

 

laissez un commentaire