Les caisses de l’Algérie se vident

baisse-de-prix
La perte de vitesse de l’industrie pétrolière n’a pas épargné les caisses de l’État algérien.
En effet, c’est une perte conséquente de 58 milliards de dollars qu’enregistrent les réserves de change du pays depuis 2014, passant de 196 milliards $ à 136,9 milliards en 2016. C’est le Premier ministre de l’Algérie Abdelmalek Sellal qui a fait la révélation.

Hormis les conséquences du prix du Brent de pétrole sur le marché mondial (-50 $), les caisses de l’Algérie sont frappées par la dévaluation de la monnaie nationale. Le Dinar algérien a ainsi occasionné un trend haussier du coût de la vie et une inflation sur les produits importés.

A fin mars 2016, l’Algérie a connu un niveau record de son déficit commercial, soit 5,6 milliards de dollars, contre un déficit de 3,4 milliards de dollars durant la même période de l’année passée.

laissez un commentaire

Commentaires (1)
  1. le marocain

    Voilà le résultat de leur haire contre le Maroc ou plutôt le « Royaume du Maroc ».
    Se disant des responsables qui défendent l’autodétermination des peules,le régime s’est acharné contre notre pays pour le déstabiliser,afin de satisfaire une bande de traîtres à la Nation,et créer un état fantoche sans fondement. Et le régime étant dans un état de grandeur alors que les caisses renferment plus de 200 milliards de dollars,et une quantité d’or’métal jaune)veut se montrer le plus fort dans la région(Mauritanie, Maroc,et la Tunisie)
    Maintenant ce régime a dépense plus de 700 milliards de dollars pour une cause perdue d’avance. Ce qui a permis à d’autres de s’enrichir outrageusement contre la volonté d’un peuple qui vit dans la misère la marginalisation,une vie trop chère. Voilà où mène la haine

    Répondre