La CEDEAO réclame ses biens culturels

La CEDEAO veut se doter d’un plan d’action régional pour le retour des biens culturels africains à leurs pays d’origine à l’horizon 2030.

Durant la colonisation, beaucoup de biens culturels des pays africains ont été pillés. Ils ont fini chez les colonisateurs. Mais, depuis les indépendances, les Etats du continent n’ont de cesse de demander que leurs biens leur soient restitués. Des revendications qui ont été « entendues », sans jamais être « réalisées ». L’on comprend, dès lors, que ces demandes prennent de plus en plus la forme de l’insistance. D’ailleurs, tout récemment, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avance vers une démarche groupée. En effet, renseigne Xinhua, cette communauté envisage de se doter d’un plan d’action régional pour le retour des biens culturels africains à

leurs pays d’origine à l’horizon 2030, a annoncé, mardi dernier à Cotonou, le Professeur Léopoldo Amado, Commissaire Education, Science et Culture de l’organisation sous régionale.

« L’objectif global visé par la CEDEAO à travers ce plan est de contribuer au retour dans leurs pays d’origine du patrimoine culturel des pays africains hors du continent, afin de reconstituer le patrimoine culturel régional », a-t-il souligné à l’occasion de la réunion des directeurs généraux du patrimoine culturel des Etats membres de la CEDEAO, renseigne la même source.

Et d’ajouter que L. Amado a estimé que la vision de ce plan d’action régional pour le retour des biens culturels africains à leurs pays d’origine à l’horizon 2030, s’énonce comme : « le patrimoine

culturel des pays de l’Afrique de l’Ouest est reconstitué, vivant, dynamique, compétitif, et contribue de façon efficiente et durable au développement socio-économique des populations ».

Il a affirmé que ce plan d’action régional pour la restitution des biens culturels viendrait renforcer les actions déjà entreprises individuellement par les Etats dans ce sens.

Il a également souligné que les biens culturels des pays de l’Afrique de l’Ouest, où qu’ils se trouvent, constituent le socle du patrimoine culturel régional, dont la conservation et la valorisation devraient, par devoir mémoriel, être mieux faites par l’Afrique de l’Ouest et en Afrique de l’Ouest.

« Notre ultime priorité serait d’œuvrer à leur protection et à leur valorisation, une fois restitués, pour les générations futures de notre continent », a-t-il estimé.

laissez un commentaire