Anadarko reprend les discussions avec Occidental sur sa contre-offre

La bataille d’enchères à laquelle se livrent Occidental et Chevron pour mettre la main sur Anadarko souligne la valeur de ses actifs dans le Bassin permien, dans l’ouest du Texas et au Nouveau-Mexique.

Par Bradley Olson et Kimberly Chin

 

La compagnie américaine spécialisée dans la production de gaz et de pétrole Anadarko Petroleum Corp. (APC + 1.04%) a annoncé son intention de considérer l’offre soumise par Occidental Petroleum (OXY -1,63%) pour un montant de 38 milliards de dollars. Et ce, quelques semaines après avoir accepté de se vendre à Chevron Corp.(CVX+0.43%) pour environ 33 milliards de dollars, augmentant ainsi la probabilité d’une bataille d’enchères pour mettre la main sur des actifs au coeur du boom de la fracturation aux
États-Unis.

L’annonce des négociations met Chevron sous pression et pourrait le contraindre à augmenter son offre ou rompre son contrat avec Anadarko, dont la superficie dans le bassin du Permian, situé dans l’ouest du Texas et au Nouveau-Mexique, est convoitée aussi bien par Chevron que par Occidental comme moyen d’une expansion accrue.
L’accord conclu entre Chevron et Anadarko prévoit des indemnités de rupture à hauteur de 1 milliard de dollars, un facteur qui n’obligerait pas Chevron à s’aligner sur l’offre soumise par Occidental. Alors que Chevron peut se permettre d’augmenter considérablement sa mise, certains analystes l’ont instamment priée de faire preuve de prudence compte tenu de l’existence d’autres cibles potentielles.
Le conseil d’administration d’Anadarko s’est réuni dimanche et a unanimement voté en faveur de la reprise des discussions avec Occidental. La semaine dernière, Vicki Hollub, la PDG d’Occidental, a indiqué dans un entretien que la firme entretenait des discussions avec Anadarko et avait fait plusieurs offres dans les semaines précédant l’annonce de la transaction Chevron le 12 avril. Lesquelles offres ont été ignorées par les dirigeants d’Anadarko.

Les actionnaires ont récemment fait pression sur Anadarko pour qu’il examine ouvertement les offres des deux prétendants. Ils ont également critiqué la décision du conseil d’augmenter les salaires des dirigeants, le 11 avril, de plusieurs millions de dollars.
Le vote était « une violation inexcusable de la gouvernance d’entreprise », a souligné dans une lettre Matthew Halbower, le patron du hedge fund Pentwater Capital Management. Pentwater détient environ 7 millions d’actions Anadarko.
Anadarko a affirmé que son accord de fusion avec Chevron restait intact et que le conseil « réaffirme sa recommandation relative à la transaction ». Cependant, l’accord permet au conseil de reprendre les négociations avec Occidental afin de viser une proposition supérieure. Le porte-parole de Chevron a déclaré dans un communiqué que la compagnie estimait que son accord avec Anadarko offrait la meilleure valeur et la plus grande certitude aux actionnaires d’Anadarko.
De sa part, le porte-parole d’Occidental a affirmé que le groupe espérait qu’Anadarko agirait rapidement pour obtenir la proposition supérieure. Alors que l’action Occidental a lâché 1,5% dans les échanges d’avant bourse, celle d’Anadarko a perdu 0,1%. Quant au titre Chevron, il demeure inchangé.
La semaine dernière, Occidental a fait une offre en numéraire/actions à Anadarko de 76 dollars par action, soit environ 11 dollars de plus que celle présentée par Chevron le jour de l’annonce, le 12 avril.
Anadarko avait conclu un accord avec Chevron pour une acquisition dans le cadre d’une transaction en numéraire et en actions où les actionnaires recevraient 16,25 dollars en espèces et 0,3869 d’une action Chevron par action ordinaire d’Anadarko.

laissez un commentaire