Nestlé va vendre des produits Starbucks

Le géant suisse va verser 7 milliards de dollars à l’américain Starbucks pour vendre son café dans le monde entier.
Par Brian Blackstone à Zurich et Anthony Shevlin à Barcelone

Nestlé SA (NSRGY 0,33%) a annoncé le lundi 6 avril avoir convenu de commercialiser, à l’échelle mon- diale, une vaste gamme de produits de consommation et de restauration élaborés par le groupe américain Starbucks Corp. (SBUX 2.76%). Le géant suisse considère le café comme une opportunité de croissance pour com- penser la baisse des ventes dans d’autres activités du groupe.

A l’issue de cet accord, Nestlé versera à Star- bucks 7,15 milliards de dollars en cash plus des redevances dans le cadre d’une licence perpétuelle mondiale. L’activité en question génère des ventes annuelles à hauteur de 2 milliards de dollars. La transaction n’inclut ni les actifs immobilisés ni les produits prêts-à-boire de Starbucks.

Nestlé a également précisé que les produits en question seront vendus hors des points de ventes de Starbucks. Le café a toujours été considéré par Nestlé comme un produit prioritaire, tout comme l’eau en bouteille, les soins pour animaux de compa- gnie et la nutrition infantile. En septembre dernier, Nestlé a conclu une acquisition d’une partici- pation majoritaire dans la chaine américaine Blue Bottle Coffee, faisant ainsi son entrée sur le marché des établissements de torréfaction de haut de gamme.

Nestlé a depuis tenu à diversifier sa gamme de produits, allant de la pizza congelée à l’eau embouteillée en passant par les nouilles et aux aliments médi- cinaux ou alicaments.

En plus de l’accord Blue Bottle, Nestlé a racheté l’année dernière la société californienne Sweet Earth, spécialisée dans les produits végétaliens et végétariens. En juin, le groupe suisse a acquis une participation minoritaire dans la startup Freshly, qui vend des plats cuisinés aux consommateurs américains.

En janvier dernier, Nestlé a vendu son activité de confiserie dont les marques Butterfinger et Baby Ruth, au fabricant de confiseries italien Ferrero International SA pour 2,8 milliards de dollars en espèces.

À l’instar d’autres grandes entreprises du secteur des produits de grande consommation, Nestlé a connu des difficultés du fait de la concurrence des nouveaux acteurs locaux et de l’évolution rapide du goût des consommateurs vers des aliments bio de provenance locale. Le géant suisse a également eu du mal à augmenter ses prix.

La croissance organique de Nestlé – hors effets de change, acquisitions et cessions – s’établissait à 2,4% l’année dernière. Le niveau le plus faible depuis le milieu des années 1990, lorsque Nestlé a commencé à suivre cette métrique.

Dans le cadre du partenariat, quelque 500 employés de Starbucks rejoindront le groupe suisse. Les opérations seront basées à Seattle. Nestlé entend collaborer avec Starbucks sur le lancement de nouvelles offres dans le cadre d’un brand board qui devrait se réunir régulièrement. Starbucks aura le dernier mot sur l’élargissement de sa gamme de produits.

L’accord Starbucks devrait avoir un impact positif sur les bénéfices et la croissance orga- nique à partir de l’année prochaine, a précisé Nestlé.

laissez un commentaire