Qualcomm a reçu le feu vert chinois

Le régulateur antitrust chinois approuve le plan du géant des puces américain de faire équipe avec une filiale de l’équipementier de télécommunication chinois Datang Telecom Technology. Par Yoko Kubota

e régulateur antitrust chinois vient d’approuver la coentreprise de Qualcomm Inc. (QCOM4.33%) avec une filiale de l’équipementier public chinois Datang Telecom Technology Co. (600198-5.06%) pour concevoir des chipsets destinés aux smartphones, affirment des sources proches du dossier. Une victoire pour le géant des puces, dans un contexte de frictions commerciales croissantes entre les États-Unis et la Chine.

La coentreprise, annoncée il y a déjà un an, n’a été approuvée que la semaine dernière par le régulateur antitrust chinois, indiquent les mêmes sources.

La coentreprise sera constituée de Qualcomm et la filiale Leadcore Technology Co. de Datang, ainsi que Jianguang Asset Management Co. et Wise Road Capital, a précisé Qualcomm. La nouvelle entité serait en concurrence avec les entreprises qui produisent des processeurs pour smartphones à faible coût, dont notamment le chinois Spreadtrum Communications qui appartient au groupe Tsinghua Unigroup.

Alors que Qualcomm et les régulateurs antitrust chinois n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires, un représentant de Datang s’est refusé à tout commentaire à ce sujet.

L’approbation de la transaction intervient suite à la visite de deux jours d’une délégation américaine et leur rencontre avec des responsables chinois à Pékin. L’objectif de la visite étant le règlement des revendications américaines sur les pratiques commerciales déloyales dont une grande partie est axée sur le secteur de la technologie.

Bien que l’approbation chinoise soit une bonne nouvelle pour Qualcomm, le groupe basé à San Diego attend toujours que le régulateur antitrust chinois approuve son projet d’acquisition du néerlandais SXP Semiconductors NV pour 44 milliards de dollars. Une opération considérée essentielle pour l’avenir de Qualcomm. Qualcomm et NXP, qui s’attendaient à la clôture de la transaction l’an dernier, ont récemment prolongé leur accord d’achat jusqu’au 25 juillet pour donner à la Chine plus de temps pour examiner l’opération. Cela donnera également à la Chine et aux États-Unis l’opportunité de résoudre leurs tensions commerciales.

Selon le porte-parole du ministère chinois du Commerce, un examen préliminaire de l’accord NXP avait révélé «des problèmes connexes qui sont difficiles à résoudre. Ce qui rend difficile l’élimination de l’impact négatif» .

 

laissez un commentaire