SpaceX annonce son premier touriste lunaire

Elon Musk décrit son nouveau projet comme étant « une étape importante permettant un accès aux gens ordinaires qui rêvent de voyager dans l’espace ».

Par Andy Pasztor

SpaceX, la société spatiale du fantasque patron Elon Musk, a annoncé avoir signé un contrat avec le premier passager pour un voyage privé dans la lune.

On apprendra plus tard qu’il s’agit du milliardaire japonais Yusaku Maezawa. Son voyage autour de la lune est prévu pour 2023, a déclaré Elon Musk. Alors que le prix de l’opération reste secret, Maezawa, collectionneur d’art, a déclaré qu’il inviterait six à huit artistes à participer au voyage lunaire. « Pour moi, ce projet est très significatif », indique-t-il, ajoutant qu’il espérait que ce voyage vers la lune favoriserait la paix dans le monde. « C’est le rêve de toute une vie », a-t-il répété.

Dans son message, SpaceX a décrit son nouveau projet comme « une étape importante permettant un accès aux gens ordinaires qui rêvent de voyager dans l’espace ».

La courte déclaration du jeudi 13 septembre – qui a surpris plus d’un dans le secteur spatial – suggère que Musk espère faire preuve de dynamisme et attirer l’attention du public sur sa fusée géante et son vaisseau spatial censé être plus gros qu’un superjumbo. Comme décrit précédemment par Musk, le BFR serait plus grand et plus puissant que n’importe quelle fusée dans l’histoire des missions spatiales.

Les propositions révisées pour les deux ont été dévoilées au début de l’année. Et M. Musk a indiqué qu’il espérait utiliser cette combinaison pour emmener des passagers privés, et des astronautes américains, vers la lune voire plus profondément dans l’espace.

Mais les derniers développements mettent également en évidence les tendances contradictoires, parfois imprévisibles de Musk, ainsi que les évolutions fréquemment modifiées de sa stratégie en matière de missions spatiales habitées.

Au début de 2017, Musk a choqué la communauté aérospatiale en annonçant son intention d’envoyer deux touristes pour un voyage autour de la lune d’ici la fin de l’année. Ces derniers n’ont pas non plus été identifiés. La mission consistait à utiliser la capsule Dragon et la fusée Falcon Heavy – un géant doté de 27 moteurs dans lequel SpaceX a investi près d’un milliard de dollars. À l’époque, des responsables du secteur spatial avaient exprimé des doutes quant au calendrier prévu.

Le premier Falcon Heavy a été lancé avec succès au début de l’année. Mais à la veille, Musk a révélé que la fusée risquait déjà d’être reléguée à un rôle de soutien en ce qui concerne les futurs vols humains.

Quelques mois plus tard, le porte-parole de SpaceX a confirmé que le calendrier de la mission lunaire touristique prévue à la fin de 2018 avait été renvoyé au moins à la mi-2019.

A présent, les dirigeants semblent s’être rapprochés de la mise au rebut de ces ambitions spécifiques par rapport au Falcon Heavy, en visant à utiliser cette fusée presque exclusivement pour des missions sans pilote telles que le lancement de satellites commerciaux ou militaires. En conséquence, Musk semble être axé sur l’accélération du développement du RFB dans le cadre de son programme plus vaste d’exploration humaine.

Comme il l’a déjà mentionné, l’entrepreneur milliardaire, qui dirige également le constructeur des véhicules électriques Tesla Inc., finira par dérouter les opposants quant aux capacités de son équipe à développer et tester le BFR, même si cela prendra plus de temps que prévu. En mai dernier, Thomas Mueller, l’un des premiers employés de Musk chez SpaceX et le responsable du design des fusées du groupe, a déclaré lors d’une conférence spatiale à Los Angeles qu’il consacrait essentiellement tout son temps au développement du BFR.

Quant à la réduction du rôle du Falcon Heavy, elle intervient également à l’heure où la demande mondiale des lancements de grands satellites commerciaux a considérablement diminué. Presque tous les analystes de Wall Street et les experts du secteur spatial estiment que les contrats de lancement resteront limités dans les années à venir.

 

laissez un commentaire