Formation à distance : l’insatisfaction des Marocains

Suite au covid-19, les cours en présentiel ont été remplacés par un enseignement à distance. Or, ce mode de formation ne semble pas répondre attentes des Marocains.

Sept ménages sur dix sont moyennement ou pas du tout satisfaits du canal utilisé par ses membres scolarisés à pour les trois premiers cycles de l’enseignement général. Pour le cycle supérieur, cette proportion est de 59%. Les chiffres émanent du HCP dans le cadre d’une enquête menée pour mesurer l’impact de la pandémie sur les Marocains.

Raisons d’insatisfaction

39% des ménages avec enfants au primaire regrettent le manque d’interactivité avec le corps enseignant comme principale raison d’insatisfaction, 35% au collège, 43% au secondaire et 29% au supérieur. Le manque ou insuffisance de supports numériques nécessaires vient en deuxième position avec 23% au primaire, 28% au collège, 24% au secondaire et 16% au supérieur. Sur le volet assistance des parents, 75% des parents assistent leurs enfants scolarisés au primaire, 36% d’une façon régulière. Ces pourcentages sont respectivement de 81% et 44% en milieu urbain, de 64% et 20% en milieu rural, de 84% et 60% dans le secteur d’enseignement privé et de 71% et 31% dans le secteur public. En revanche, 25% des ménages n’assistent pas enfants au primaire, une proportion qui atteint 67% parmi les ménages dirigés par une personne sans niveau scolaire.

Un constat plutôt positif : la moitié des ménages considère que leurs enfants scolarisés sont motivés par le suivi des cours à distance, surtout dans les cycles primaire, collégial et secondaire alors que 30% sont, plutôt, gênés et perturbés par ce type d’enseignement.

Les réseaux sociaux, principal canal de suivi

Les réseaux sociaux sont les canaux les plus utilisés pour suivre les cours à distance pour 40% des ménages avec des enfants au primaire, 44% au collège et 46% au secondaire. Ils sont plus utilisés dans le privé, avec respectivement 65%, 61% et 48%. Les chaînes nationales de télévision viennent en deuxième position avec 39% pour le primaire, 29% pour le collégial et notamment en milieu rural, respectivement 63% et 44%.

Le recours aux plateformes numériques mises en place par le ministère de l’éducation nationale croît avec le niveau scolaire : 9% pour le primaire, 20% pour le collège et 30% pour le secondaire. Ces supports numériques sont moins répandus en milieu rural (respectivement 4%, 12% et 27%). Les plateformes instaurées par les établissements d’enseignement privé sont utilisées par 27% des ménages ayant des enfants au primaire, 34% au collège et 52% au secondaire. Celles créées par les établissements d’enseignement supérieur sont utilisées par 37%.

laissez un commentaire