L’ASCAME tire la sonnette d’alarme

Face à la situation actuelle liée à la propagation de la pandémie du coronavirus dans tous les pays de la région méditerranéenne et dans le monde, L’Association des Chambres de Commerce et d’Industrie de la Méditerranée (ASCAME) appelle, au nom des chambres de commerce des 23 pays méditerranéens qu’elle représente,  à l’union de la communauté internationale pour donner une réponse commune, forte et décisive aux défis posés par la propagation du virus. « A l’heure où l’Europe et certains pays méditerranéens sont devenus l’épicentre de la pandémie, l’Union européenne, fondée sur le principe de solidarité, ne peut pas rester à l’ écart. Une réponse de la solidarité de tous les pays européens membres, est plus que jamais nécessaire.», note l’ASCAME. Et d’ajouter « La demande d’aide d’’urgence émanant de l’ Italie, l’ Espagne, la Grèce et d’ autres pays touchés, doit être satisfaite immédiatement afin d’alléger le plus tôt possible la tragédie humaine et économique ». Pour l’ASCAME, une nouvelle politique européenne est nécessaire, et un nouveau « Plan Marshall » s’impose avec des solutions réalistes aux problématiques sanitaires et économiques, capable de stimuler le commerce et l’investissement. «L’Europe ne peut ignorer la Méditerranée, elle doit être pleinement impliquée. Son avenir est étroitement lié à la capacité de développement de cette région en raison de la forte interdépendance et de multiples canaux de transmission. Le coût de ne pas le faire serait très élevé », prévient l’ASCAME.

La recette de l’ASCAME

Selon l’ASCAME, la lutte contre cette pandémie doit être menée sur plusieurs fronts. Elle recommande ainsi que les fournitures médicales atteignent les zones les plus touchées le plus rapidement possible, en évitant toutes les restrictions douanières ou encore les limites à la libre circulation des fournitures. Parallèlement, l’association préconise l’octroi des aides directes aux entreprises et travailleurs tout en préservant les emplois et en offrant un large éventail d’avantages sociaux. Pour les TPE et PME, qui représentent plus de 80% de l’’emploi dans de nombreux pays, et qui restent les plus touchés par les impacts économiques de Covid-19, l’ASCAME appelle les gouvernements à s’engager en prenant des mesures urgentes, de relance et de sauvegarde pour maintenir leur viabilité et éviter le chômage endémique

laissez un commentaire