BDS – Défendre une cause c’est bien, respecter les avis des autres c’est mieux

Aziz Henaoui, membre du PJD, provoque un nouveau scandale.

Aziz Henaoui, membre du PJD, provoque un nouveau scandale.

 

Quand les défenseurs de la cause palestinienne veulent clouer le bec à quelqu’un, ils l’accusent de traitrise à la nation arabe ou encore musulmane, accusation qui va automatiquement avec celle de collaboration avec l’ennemi. L’ennemi étant bien sûr le sionisme, l’Etat d’Israël et souvent les juifs mais là on prend soin de maintenir un flou savant.

 

On aurait pu s’attendre à la réaction du chef de l’Observatoire Marocain de lutte contre la normalisation à notre article reprenant ses accusations aux Amazighs et aux juifs marocains résidant en Israël. Pour lui ce sont des traîtres.

Il serait utile de préciser que la question du boycott d’Israël a bel et bien été dépassée par les Palestiniens eux-mêmes qui reconnaissent l’Etat d’Israël. Plus encore, ils continuent à travailler dans les entreprises israéliennes et consomment des produits israéliens dans leurs malls à Ramallah et à Gaza.

Par ailleurs, lorsque les activistes marocains pro-Palestine critiquent leurs concitoyens qui agissent pour une paix durable, ils oublient que le Maroc a toujours œuvré pour une solution durable dans la zone. La paix avec l’Egypte a été obtenue grâce aux efforts du Maroc qui est toujours le premier défenseur d’Al Qods.

L’Observateur du Maroc et d’Afrique ne fait pas autre chose en mettant en valeur tout ce qui rapproche de la paix pour les Israéliens et les Palestiniens et en combattant les idées figées qui n’ont pas bougé depuis des décennies.

Il est tout de même curieux que les défenseurs de la Palestine (plutôt le Hamas que la Palestine) ne réagissent jamais quand il s’agit de la vraie cause des Marocains, l’intégrité de leur territoire. Sont-ils une diversion? Quel camp servent-ils? Qu’importe. Le plus drôle c’est quand ils donnent pour exemple la Turquie d’Erdogan, qui, surprise, ne boycotte pas Israël.

De toute façon, la liberté d’opinion et d’expression étant garanties au Maroc, l’Observateur du Maroc et d’Afrique aurait bien publié la «mise au point» de l’Observatoire si toutefois, elle pouvait respecter les règles du débat citoyen.

La première cause des Marocains c’est le Maroc. Et pour le moment, il y a assez à faire pour sortir de cette crise profonde causée par le coronavirus.

laissez un commentaire