Béni Mellal-Khénifra : Naissance d’un nouveau club du dialogue et de la coexistence

 

Pour inculquer aux jeunes la culture de tolérance et du vivre-ensemble, plus d’une centaine de clubs de tolérance et de coexistence ont déjà vu jour dans des établissements d’enseignement à Essaouira. Un nouveau club vient d’être créé à Béni Mellal, le premier dans cette région.

 

Le Conseiller Royal et Président-Fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, André Azoulay et le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du Gouvernement, Saaïd Amzazi ont présidé, samedi à Béni Mellal la cérémonie de création du premier club du dialogue et de la coexistence dans la région de Béni Mellal-Khénifra.

Ce club a été créé au sein du Collège Ahmed Saoumai et du Lycée qualifiant Ibn Sina dans une cérémonie marquée par la présence du Wali de la région Béni Mellal-Khénifra et de plusieurs autorités civiles et militaires et acteurs de la société civile.

La création de ce premier club au niveau de la région Béni Mellal-Khénifra s’inscrit dans le cadre de l’activation de la convention, signée, samedi entre l’AREF de Béni Mellal-Khénifra, le Centre d’études et de recherches sur le droit hébraïque au Maroc et l’Association Essaouira Mogador pour la promotion des valeurs de tolérance, de diversité et de coexistence au sein des établissements scolaires de la région.

Paraphée par André Azoulay, le directeur de l’AREF de Béni Mellal-Khénifra, Moustafa Slifani et Abdellah Ouzitane, président fondateur du Centre des études et de recherches sur le droit hébraïque, cette convention ambitionne d’établir un cadre général de coopération et de partenariat entre les trois parties afin de renforcer et développer les capacités et les rôles éducatifs, culturels et civiques de l’école marocaine, promouvoir la culture de la citoyenneté et du civisme en milieu scolaire en plus de la promotion de la culture de tolérance et du vivre-ensemble à travers la mise en place de clubs de tolérance et de coexistence dans les établissements d’enseignement.

Elle vise également d’inculquer aux jeunes la culture de tolérance, de la différence et de la coexistence en rejetant toutes les formes de violence et d’extrémisme, et à élaborer des programmes et des activités de sensibilisation dans le domaine de l’éducation à la citoyenneté et du civisme en plus d’adopter une communication constructive à l’endroit des élèves et du personnel pédagogique et administratif.

Azoulay et Amzazi et la délégation les accompagnant ont pris connaissance des différentes activités initiées par ce club inédit au niveau de la région prônant la riche histoire du judaïsme au Maroc et commémorant la mémoire commune judéo-marocaine si séculaire dans la région Béni Mellal-Khénifra.

Les élèves membres du club ont fourni des explications sur des œuvres plastiques qu’ils ont réalisées sur des thèmes afférents à la tolérance, la coexistence et la diversité et mettant en vedette le Royaume en tant qu’exception dans le monde ayant érigé la composante hébraïque en tant que l’un des affluents de l’identité marocaine.

La délégation a été, de même, informée de certaines activités éducatives, littéraires et artistiques de ces élèves, qui ont présenté une pièce musicale et une autre théâtrale sur les valeurs de coexistence et de tolérance, lesquels élèves ont été gratifiés d’une véritable ovation par la délégation et l’ensemble des personnes présentes.

Plutôt dans la journée, Azoulay et Amzazi ont donné le coup d’envoi des rencontres régionales de coordination et de suivi des projets stratégiques de la loi-cadre 51.17 relative au système éducatif. Les membres de la délégation se sont recueillis par la suite sur la tombe des défunts Rabi Chlomo Ammar dont la tombe est situé à côté des jardins du site d’Ain Asserdoune, classé patrimoine national depuis 1947, et de feu Rabbi Daoud Benyamin enseveli pas très loin de la fameuse avenue Tamgnount et ses ruelles témoignant de l’histoire des Juifs marocains ayant habité ces lieux durant de longues années et qui ont forgé le bon voisinage et les valeurs de cohabitation et du vivre-ensemble tels que connus et reconnus par le Royaume.

Rappelant que la région Béni Mellal-Khénifra a constitué pendant longtemps un haut lieu d’histoire, de culture et de mémoire judéo-marocaine. Une région si singulière et exemplaire ayant réuni pendant des siècles juifs et musulmans autour de l’amour de la patrie dans plusieurs zones comme Demnate, Bzou, Kasbat Tadla, Bejaad et Béni Mellal.

 

André Azoulay : « Il s’agit d’un véritable tournant qui donne corps et réalité au Momentum historique que vit le Maroc »

“D’Essaouira à Béni Mellal et de Béni Mellal aux autres Régions du Maroc, la voie est désormais ouverte à un partenariat de la nouvelle génération pour ancrer et partager avec le plus grand nombre les enseignements et la centralité de nos diversités culturelles, spirituelles et mémorielles”, a affirmé, samedi à Béni Mellal, André Azoulay.

S’exprimant à l’occasion de la signature d’une convention scellant un partenariat inédit entre la Région de Béni Mellal-Khénifra, l’Académie Régionale de l’Education et de la Formation, l’Association Essaouira-Mogador et le Centre de Recherches sur le Droit Hébraïque au Maroc, le Conseiller de SM le Roi et Président-Fondateur de l’Association Essaouira-Mogador a mis en relief “le caractère pionnier et exemplaire de cette convention qui associe pour le même objectif les élus, le ministère de l’Education Nationale et la société civile”.

“Il s’agit d’un véritable tournant qui donne corps et réalité au Momentum historique que vit le Maroc qui a choisi de reconnaître, enseigner et promouvoir la profondeur et la légitimité de nos histoires additionnées et de nos mémoires mêlées”, a ajouté Azoulay avant de souligner l’exceptionnel impact national, régional et international de la présence historique et emblématique de SM le Roi à Bayt Dakira le jour de son inauguration, le 15 janvier 2020 à Essaouira.

“C’est dans la même perspective et la même dynamique incarnées et portées par SM le Roi qu’il faut contextualiser l’initiative pionnière et visionnaire de notre Souverain avec la mise en place des curricula scolaires qui enseignent l’histoire du Judaïsme Marocain qui a désormais sa place dans notre système éducatif”, a encore déclaré André Azoulay en rappelant que depuis le début du mois de Février, plus d’une centaine de Clubs du Dialogue et de la Coexistence ont été créés à Essaouira et “que c’est la même dynamique qui prend son élan aujourd’hui à Béni Mellal”.

“Il nous revient maintenant de prendre la juste mesure de cet engagement volontariste, enthousiaste et citoyen de nos lycéens et collégiens pour cette nouvelle marche marocaine saluée tout autour de nous”, a conclu Azoulay en rappelant que cette “l’École marocaine de l’art de vivre-ensemble trouve toute sa force, son éclat et sa profondeur alors que fleurissent ailleurs le repli, la culture du déni et l’archaïsme de la fracture”.

 

laissez un commentaire