Coronavirus – Le régime iranien : Une menace pour la santé publique mondiale

Par Hamid Enayat

La principale force d’opposition du régime iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), a déclaré que le nombre de morts du Coronavirus avait dépassé les 1 000 à 18h le lundi 2 mars. Il s’agit d’une évaluation très prudente basée sur les rapports crédibles reçus par les réseaux de Résistance à l’intérieur de l’Iran. Cependant, en se basant sur d’autres facteurs, les statistiques sont bien plus élevées que cela. Jafarzadeh, un membre du Majlis (Parlement des mollahs) dit à propos de la situation catastrophique dans les villes et villages de la province de Gilan : « Personne ne connaît le nombre exact de patients et de morts, mais les statistiques officielles sont quelque peu une plaisanterie. »

Les statistiques du COVID-19 sont classées

Selon la Secrétaire générale du Forum des infirmières et infirmiers : « Les statistiques des patients, des infirmières et des autres membres du personnel médical concernés sont totalement confidentielles. Même les responsables des hôpitaux ne sont pas informés et il n’existe ‘qu’un canal spécifique’ pour les informations correspondantes. » Journal Resalat, 29 février.

Crime contre l’humanité

« Certaines personnes nous ont conseillé de reporter les élections en raison de la propagation du coronavirus et d’empêcher sa propagation ultérieure ou du moins de la reporter à Qom. Mais je n’ai accepté aucune de ces propositions. » a déclaré Rahmani Fazli, ministre de l’Intérieur, lors d’une conférence de presse le 23 février – IRNA

L’épicentre de l’épidémie mondiale de COVID-19

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y a eu 97 cas de personnes qui ont voyagé de l’Iran vers les pays voisins et aussi vers des pays lointains comme la Suède et la Nouvelle-Zélande. « L’Iran est devenu un épicentre pour la propagation du Coronavirus au Moyen-Orient », a rapporté le Los Angeles Times.  Le 24 février, l’OMS a relevé le niveau d’alerte international de « élevé » à « très élevé ». En conséquence, de plus en plus de pays ferment leurs frontières communes avec l’Iran et interdisent les voyageurs iraniens.

L’instabilité de la société iranienne

D’une part, les mensonges et la dissimulation du régime, et d’autre part, l’absence du matériel le plus essentiel pour prévenir la propagation des maladies comme les masques et les désinfectants défectueux, ont rendu les gens profondément bouleversés et furieux. Il est clair pour le peuple que le manque de ces articles est le résultat des activités mafieuses du régime pour générer plus de revenus de cette crise. Une autre cause de l’indignation de la population est le fait que les kits de détection du Coronavirus, qui sont très limités et coûteux, soient d’abord destinés aux proches du régime, et même les médecins et infirmières qui sont en première ligne pour le contact avec le virus mortel, n’y ont pas accès.  Parallèlement, le régime des mollahs refuse de demander de l’aide à d’autres pays, ce qui contribue à l’instabilité de la société. Ses signes sont également apparus dans les villes sous la forme de graffitis tels que la « couronne du Guide Suprême (Coronavirus), cause de la mort du peuple ».

Objection à l’intérieur du régime

Des statistiques irréalistes et fausses ont également fait retentir des voix au sein du régime. Jafarzadeh Imenabadi, un membre du parlement, a désespérément demandé aux responsables de fournir à la population de vraies statistiques. Il a souligné qu’il avait pris des statistiques dans plusieurs cimetières de Téhéran et de Racht, en disant « Les cimetières ne peuvent pas être cachés ». Dans le même temps, Nahid Khodakarami, chef de la Commission de la santé du Conseil municipal de Téhéran, a déclaré : « Le nombre de personnes infectées pourrait atteindre 10 000 à 15 000. »

Les Gardiens de la révolution (pasdaran) ont accès aux installations

Le fait que le régime des mollahs dissimule et mente à son peuple et au monde entier est devenu évident pour la communauté internationale. « Le régime iranien ne veut pas fournir d’informations précises sur le Coronavirus, et je crains que ce régime ne dissimule des informations importantes », a déclaré le secrétaire d’Etat américain lors de l’audition du Congrès.

Alors que le régime continue à mentir sur les vols de Mahan Air vers la Chine jusqu’au 28 février et à prétendre que c’était pour apporter des kits de diagnostic sur le COVID-19, la plupart des installations médicales sont à la disposition des pasdaran, et la plupart des services médicaux, y compris les kits de diagnostic COVID-19, sont dédiés au régime et aux membres du parlement ainsi qu’aux pasdaran.

laissez un commentaire