Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»

 

Ce sont des confessions de grand regret pour l’Algérie que publie ce dimanche Abu Wael Al-Rifi. L’Algérie où les chibanis, écrit le chroniqueur, ont pris le pouvoir et en abusent pour des règlements  de compte destructeurs.

Sur le ton de la désolation pour l’Algérie, Abu Wael Al-Rifi analyse dans sa chronique dominicale  la situation dans ce pays qui est, encore une fois, dirigé par un Président se trouvant dans l’incapacité physique d’exercer sa fonction.

Le chroniqueur entame sa chronique en lançant cette grande question: « Que se passe-t-il en Algérie après le retour du «cheikh» des généraux Khaled Nizar, coïncidant avec une guerre larvée pour la liquidation de l’héritage du général Gaid Salah.

Abu Wael Al-Rifi cite le «général intellectuel» Mohamed Bouzit, brutalement mis à la retraite, comme première victime de l’establishment militaire revanchard.

Sous la direction de Said Chengriha, qui est en train de s’accaparer tous les pouvoirs, cet establishment veut faire porter le chapeau au général écarté, qui était en charge des renseignements extérieurs, pour les défaites en série que connaît l’Algérie.

Abu Wael souligne que l’éviction de Bouzit s’est déroulée dans une ambiance funéraire, dans une salle semblable à celle où l’on pratique l’autopsie.

Le chroniqueur s’étonne de la mise à la retraite du général Mohamed Bouzit, plus connu sous son surnom de guerre le général Youssef, à l’âge de 60 ans, alors que son remplaçant, le général Noureddine Mekri, en a 75 ans. En plus, relève l’auteur, ce remplaçant souffre d’incontinence urinaire le contraignant à porter des couches.

Ces rebondissements, ajoutés aux faits que le Président algérien a 76 ans avec un chef de cabinet du même âge, confirment la conclusion à laquelle est parvenu l’expert français du Maghreb, Bernard Lugan, appelant à une révolution contre le «chibanisme» dont souffre actuellement Algérie.

Abu Wael se désole à la fin de cette partie de sa chronique, comme il l’a fait en l’entamant, de voir l’Algérie revivre une décennie de plus avec un Président grabataire et une classe dirigeante sénile. Toutefois, constate-t-il, l’éviction du général Bouzit a provoqué une véritable onde de choc au sein des services de renseignement extérieur algériens, exaspéré par les dérives «chibanistes»…

Lire l’intégralité de ces confessions dominicales

تفاصيل ما يجري في الجزائر في ظل العجز البدني للرئيس و عودة الشبانيين إلى الحكم، تفاصيل إختلاسات المعطي الذي حرص على التزود بالمواد الغذائية الضرورية لخوض الإضراب عن الطعام وأبو فايزة اللبناني وأشياء أخرى

 

 

 

 

 

laissez un commentaire