Covid 19 : Déjà 60 pays touchés par le variant britannique

Les Allemands multiplient les analyses pour freiner la propagation de la Covid-19 dans leur pays.

Quatre variants du nouveau coronavirus, des plus dominats, ont été détectés. Ils remettent le recours au reconfinement à l’ordre du jour, mais il est toujours possible de l’éviter.

Selon un nouveau bilan annoncé par l’OMS, mercredi 20 janvier, le variant britannique a déjà touché 60 pays et territoires. Pour s’en prémunir, le Maroc, comme le reste des pays du monde, a vite fermé ses routes aériennes en provenance et à destination de ce pays. Cette mesure n’immunise pas totalement le royaume puisqu’un premier cas a été détecté. La vigilance doit être maintenu à son plus haut niveau pour qu’il n’y en ait pas d’autres. Surtout qu’il y a d’autres variants que le britannique.

Le sud-africain est déjà présent dans 23 pays et territoires. Ses homologues brésilien et américain représentent, eux aussi, de sérieuses sources d’inquiétude. Ces variants sont-ils plus dangereux que le nouveau coronavirus qualifié désormais d’historique ?

Découvert le 20 septembre dernier, le variant britannique a été, jusqu’à présent, le plus étudié. Ces informations tirées de différents sites spécialisés apportent les premiers éléménts de réponse.

Haute transmissibilité

À en croire l’épidémiologiste à l’université d’Oxford, Koen Pouwels, cette «nouvelle version» du nouveau coronavirus est 30% plus contagieuse que les autres souches, et pas 70%, comme certains l’affirmaient jusqu’à présent. Ce scientifique s’est exprimé récemment sur le sujet dans l’émission De Ochtend, sur Radio 1. «Nous avons mené une grande enquête au Royaume-Uni. Nous avons vu que le variant britannique croît, chaque jour, 6% plus vite que ceux déjà existants», a-t-il ajouté.

Le variant sud-africain, lui, a été déclaré 50% plus transmissible que les souches virales antérieures, selon des chercheurs britanniques spécialisés dans la modélisation mathématique de la London School of Hygiene & Tropical Medicine.

De leur côté, des chercheurs de l’université d’État de l’Ohio (Columbus) rapportent dans un article posté le 15 janvier 2021 sur le site de prépublication bioRxiv que le variant américain est désormais la cause de la majorité des cas aux États-Unis.

Au vu de ces nouveaux rebondissements que connaît la crise pandémique, les autorités marocaines ont décidé d’interdire, à titre préventif, l’accès au territoire national, à partir du 19 janvier et jusqu’à nouvel ordre, des avions et des passagers en provenance de l’Australie, Brésil, l’Irlande et la Nouvelle-Zélande. Auparavant, la même décision avait été prise concernant l’Afrique du Sud, le Danemark et le Royaume-Uni. Mais la fermeture des frontières ne suffit pas. Aucun relâchement n’est permis concernant les mesures sanitaires préventives. La «Covid-19 historique» demeure toujours aussi dévastatrice.

laissez un commentaire