COVID-19. Pour qui roule l’OMS?

Le DG de l’OMS, Adhanom Ghebreyesus et Bill Gates. Que fait le privé dans une agence de l’ONU?

 

La position de l’OMS devient de plus en plus délicate. On lui reproche d’en avoir trop fait contre la Covid-19, précipitant le monde dans la crise. Nous cache-t-on quelque chose?

Le virus de la grippe infecte, chaque année, 1 milliard de personnes dans le monde.  650.000 humains en meurent. La tuberculose est plus contagieuse que la Covid-19, avec 10 à 15 personnes par patient non traité. Et c’est une maladie qui cause 10,4 millions de cas et tue 1,8 million de personnes, chaque année. Malgré ce palmarès dramatique, ni la grippe, ni la tuberculose ne sont considérées comme des urgences sanitaires. Pourquoi alors la Covid-19 en est une?

L’OMS y est-elle pour quelque chose? Une étude française, citée par le site covidinfos.net, en cours de validation pour publication au British Medical Journal, accuse directement l’organisation onusienne.

A quand l’enquête?

« L’OMS est en fait financée à 80% par les laboratoires pharmaceutiques, les banques, l’industrie de l’armement, les compagnies pétrolières, l’industrie de l’alcool, etc. tandis que Bill Gates participe de plus en plus au financement de l’OMS par l’intermédiaire de sa fondation, ce qui rend l’organisation très dépendante », affirment les rédacteurs de l’étude qui citent quelques faits qui prouvent cette indépendance: « fausse alerte sur la grippe H1N1 sous la pression des lobbies pharmaceutiques, complaisance inquiétante vis-à-vis du glyphosate que l’OMS a déclaré sûr malgré les victimes de l’herbicide, aveuglement sur les conséquences de la pollution due aux compagnies pétrolières en Afrique, minimisation du bilan humain des catastrophes nucléaires (en raison de l’accord que l’OMS a signé avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ! ) de Tchernobyl à Fukushima […]. L’indépendance de l’organisation est compromise à la fois par l’influence des lobbies industriels – y compris celui des laboratoires pharmaceutiques – et par les intérêts de ses États membres, notamment la Chine ».

L’étude appelle à une enquête sur les motivations de l’OMS et cite un autre présumé coupable, l’Imperial College de Londres.  « L’OMS doit faire l’objet d’une réforme radicale. Le confinement est véritablement l’escroquerie sanitaire du XXIe siècle, une enquête doit être menée à ce sujet et les responsables de l’OMS et de l’Imperial College de Londres doivent être interrogés et, si nécessaire, jugés ».

L’OMS a toujours crié qu’elle était indépendante. ça reste à prouver. En attendant, la seule chose dont on peut être sûr c’est qu’elle est indépendante de la météo.

laissez un commentaire