Marocothérapie

Organisée du 21 au 29 juin 2019, la 18e édition du Festival Mawazine rythmes du Monde a réalisé des chiffres d’affluence record en offrant un plateau de classe mondiale. Ce n’est pas pour rien que ce festival se hisse désormais au premier rang mondial. Cette fulgurante réussite mérite une analyse approfondie. Au-delà du spectacle, elle est révélatrice de ce que sont les Marocains et leur royaume.

Cette année, plus de 2.750.000 personnes au total, principalement des jeunes, ont suivi les concerts qui étaient au programme du Festival Mawazine Rythmes du Monde qui se déroule sous le haut patronage royal. Comme lors des précédentes éditions et même si l’affluence des spectateurs était plus importante qu’auparavant (2 millions de spectateurs pour les deux dernières éditions), cette 18e édition s’est déroulée sans le moindre incident. Mieux, l’esprit de fête a régné dans tout Rabat, qui a su, encore une fois, bien accueillir les foules de festivaliers venus non seulement de la capitale et des quatre coins du pays, mais aussi des quatre coins du monde.

Juste pour avoir une idée, 2.750.000 spectateurs, c’est trente stade de Wembley et trente-et-une fois le stade de France affichant complet. C’est plus de deux fois de spectateurs que Woodstook.

A un moment où le monde entier est traversé par une sinistrose, à peine voilée, et où le monde arabo-musulman est secoué par des troubles incessants, les Marocains ont de quoi être fiers d’eux-mêmes et de leur pays. Plus que jamais, la «marocothérapie» a du sens. Cette notion a été lancée en début d’année par l’ONMT pour promouvoir la destination Maroc et Mawazine est venu la consolider. Plus qu’un festival, l’évènement festif de l’année au Maroc est un miroir renvoyant au monde entier la vraie image de la société marocaine. Une image qui porte les couleurs, de l’hospitalité légendaire des Marocains et donc de leur amour des autres, avec leurs langues, leurs religions, leurs différences. Elle porte aussi les couleurs arc-en-ciel de la joie, de l’esprit de la fête et donc de la célébration de la vie, malgré toutes ses contraintes. C’est cette image, ravissante, qui doit être élevée au plus haut niveau sur les cimaises pour casser les préjugés barbouillant des mêmes couleurs sombres dans tout le monde arabo-musulman. Durant neuf jours, les 700 journalistes ayant couvert le Festival Mawazine Rythmes du Monde ont rapporté au monde entier que dans le Royaume du Maroc, 200 artistes de divers horizons culturels et linguistiques, dont des légendes vivantes, ont partagé avec un immense public d’extraordinaires moments de fête dans une symbiose absolue.

La symbiose était telle que Travis Scott, l’un des meilleurs rappeurs américains du moment, a bravé toutes les mesures de sécurité pour aller se fondre dans la foule qui l’acclamait et chantait en chœur avec lui toutes ses chansons. « C’est le meilleur spectacle de toute ma vie », a-t-il confié, le visage radieux, en plein concert à l’OLM Souissi. Une scène qui fera oublier celle ayant eu lieu, en juillet 2015 en Suisse, quand le même Travis Scott a failli tomber et a dû interrompre sa chanson, quand un spectateur a voulu lui dérober l’une de ses chaussures. La colère a fait perdre ses nerfs au rappeur au sang chaud, qui a fait des gestes que Rabat lui a permis de faire oublier à jamais.

L’un des autres nombreux moments forts était l’émouvante émotion de Maluma face à un public que ne peut offrir que Mawazine. Un public qui a su répéter avec le chanteur colombier tout ce qu’il avait chanté, et en a fait de même avec l’ensemble

des artistes américains, français, arabes… « Vous m’avez réalisé mon rêve de voir des fans répéter après moi mes chansons dans un pays aussi lointain du mien que le vôtre », a murmuré avec ce qu’il lui restait de voix Maluma, les yeux mouillés. Comme d’autres chanteurs qui ont découvert les Marocains et leur Maroc, lui aussi est devenu un fan d’eux. Ses publications sur les réseaux sociaux en témoignent. 

Indicateurs du succès

Cette audience historique (de 2.750.000 spectateurs) vient confirmer la popularité exceptionnelle de Mawazine et l’attrait international du festival, affirme Maroc Cultures, précisant que l’évènement confirme ainsi sa place d’événement musical le plus fréquenté de la planète. L’association rappelle que le titre de festival « N°1 » mondial a été récemment décerné par le site de référence Statista à Mawazine. El site cité est l’un des principaux fournisseurs de données dans le monde.

Pour Maroc Cultures, le nouveau record enregistré souligne aussi la pertinence du modèle de Mawazine et la place unique qu’occupe le festival aujourd’hui : ouvert à tous, gratuit, fédérateur et porteur de valeurs. L’association initiatrice et organisatrice du festival souligne que les artistes qui se sont produits cette année ont eux aussi plébiscité la qualité de l’organisation et ont été conquis par l’extraordinaire accueil du public.

« Entre les stars et les festivaliers, les moments de partage ont brillé par leur intensité. Qu’il s’agisse du rappeur américain Travis Scott et son bain de foule à l’OLM Souissi. Ou des Black Eyed Peas, qui ont livré une prestation de folie et assisté eux-mêmes à plusieurs concerts dont celui de leur compatriote Future », note Maroc Cultures.

Pour montrer l’éclatant succès du festival, depuis son début jusqu’à sa fin, l’association renvoie à cette image tirée de la clôture lorsque Maluma, à l’image de BigFlo & Oli et Future, a porté le maillot des Lions de l’Atlas pour les soutenir. L’enthousiasme a touché toutes les scènes, poursuit Maroc Cultures. « Jusqu’au cadre intimiste du Théâtre National Mohammed V, où le groupe Sister Sledge s’est mêlé à l’audience dans un fantastique instant de grâce et de communion. Un bel hommage à l’un de leurs titres incontournables, le hit We Are Family, qui a résonné comme l’hymne de cette 18e édition ».

Des artistes marocains et arabes à l’honneur

Les artistes marocains et arabes ont vécu des moments inoubliables, note Maroc Cultures dans son communiqué portant sur le bilan de la 18e édition :

A Salé, Manal, Hamid El Kasri, Fnaïre, Abdellah Daoudi ou encore Zina Daoudia et Mustapha Bourgogne ont démontré l’immense talent de la scène nationale et sa très grande diversité. Le public ne s’y est pas trompé : il a répondu présent à chaque concert et été au rendez-vous de toute la programmation marocaine !

Haut lieu des stars panarabes, la scène orientale Nahda a été au centre de prestations très suivies avec la présence de nombreux artistes fidèles à Mawazine : Carole Samaha, Myriam Fares, Elissa, Najwa Karam ou encore Walid Toufic ont fait très forte impression ! Quant au concert de clôture, il a été superbement joué par le grand Hussain Al Jassmi. Une performance de plus de deux heures, au cours de laquelle la voix des Émirats Arabes Unis a rendu hommage au répertoire national en reprenant plusieurs titres marocains !

Mawazine : une marque prisée au niveau mondial

Mawazine 2019 a été l’occasion pour ses organisateurs de renforcer les partenariats du festival avec Facebook. «La manifestation a bénéficié d’une publicité mondiale sur la plateforme. Des milliers de vidéos de concert ont ainsi été partagées en direct par les festivaliers, touchant une audience cumulée de plusieurs millions de personnes sur tous les continents», lit-on dans un communiqué de Maroc Cultures

Avec Spotify, et pour la première fois cette année, Mawazine a également offert aux artistes marocains le soutien du numéro 1 du streaming, souligne l’association. La plateforme leur a proposé un espace dédié pour les informer et les sensibiliser à la promotion de leurs titres. De quoi valoriser les talents marocains en leur permettant de s’internationaliser.

laissez un commentaire