Meriem Zaimi « Comme Hanane, j’ai cette volonté de changer les choses pour vivre mieux »

Meriem Zaimi

« Comme Hanane, j’ai cette volonté de changer les choses pour vivre mieux »

Révélée à la télévision par Bnat Lalla Mennana puis par la sitcom Kenza f’Douar, la star du petit écran revient avec nous sur son rôle de « Hanane » dans Azaima, la nouvelle série dramatique diffusée sur 2M. Un personnage engagé, fort, digne et fier qui se bat pour ses convictions et ses valeurs dans un monde machiste et sans merci de lapolitique, pas toujours accueillant pour les femmes qui osent s’y frotter.

Pourquoi avoir accepté le rôle de Hanane dans Azaima ?

Par ce que j’ai trouvé le personnage intéressant dans son évolution et l’idée du scénario en général m’a plu.

Qu’est ce qui vous a attiré dans ce rôle ?

Sa force, les points en communs entre la personnalité du personnage en question et la mienne.

Vous incarnez une femme forte. En quoi ce genre de rôle vous séduit-il ?

J’aimerai être forte tous les jours devant toute situation et je souhaite que tout être humain, femme ou homme, trouve sa force intérieure et s’en sert positivement.

En quoi le personnage de Hanane vous ressemble t-il ?

Son amour pour son pays, sa dignité, son engagement et sa volonté de changer les choses pour vivre mieux et surtout respectueusement dans un pays qui mérite le meilleur.

Y-a-t-il un rôle que vous n’accepteriez jamais de faire ? et pourquoi ?

Je ne pense pas, je suis ouverte à toute proposition de rôle bien construit.

La série est réalisée par le jeune Alaa Akaaboune. Comment s’est passé le tournage ? comment le trouvez-vous en tant que réalisateur ?

Je le trouve excellent, le tournage s’est super bien passé. Alae est un réalisateur qui connaît bien son métier, en plus, il est conscient de l’importance du travail d’équipe, et donc, le succès d’un travail dépend de plusieurs personnes (comédiens, techniciens,…) et non pas uniquement du réalisateur. Cela passe notamment par le respect du travail de chacun par l’écoute de l’autre, par le fait de lui donner l’opportunité de proposer, de créer et de participer dans le succès du projet. La cerise sur le gâteau, c’est que Alae est un homme très humain, très affectueux, c’est quelqu’un qui aime les gens qui l’entourent et je trouve cela juste magnifique.

La série aborde la place de la femme dans la société et son rapport à la politique et à la citoyenneté. Comment voyez-vous l’engagement social de la femme dans la société marocaine ?

La femme marocaine a fait beaucoup de progrès dans la société marocaine. Néanmoins, sa place reste en dessous de ce qu’elle mérite et en dessous de sa contribution et de son engagement dans la société.

Comment préparez-vous un personnage en général ? Quelles sont vos sources d’inspiration ? 

J’essaie en premier lieu de comprendre la vision du réalisateur par rapport au personnage ainsi que ses attentes. Cette matière constitue la base sur laquelle je compose mon personnage, et ce, en s’inspirant notamment de ma vie quotidienne, de ce que j’observe de mon entourage et de mon environnement ainsi que de mon propre background.

Vous avez fait du théâtre, du cinéma et de la télévision. Avez-vous une préférence et pourquoi ?

J’aime les trois mais je suis plus amoureuse de la scène théâtrale qu’autre chose. En fait, c’est un sentiment incomparable de partager ses trips avec le public sur place et voir ses réactions sur le vif contrairement à la télé ou le cinéma où je découvre ma contribution après montage en même temps que le public. C’est angoissant !

Un réalisateur qui vous a marqué ?

Alae en premier en toute franchise pour tout ce que j’ai dit et pas encore dit de lui !Après il y a Hicham LAASRI aussi que j’aime beaucoup comme personne et aussi comme réalisateur.

Les artistes qui vous ont donné envie de faire ce métier ?

En fait, il n’y a pas d’artiste(s) en particulier qui m’a donné envie de faire ce métier. C’était plutôt une passion et une forte tentation de le faire.

Que signifie pour vous le fait d’être actrice ? Pourquoi avoir choisi d’être cette voie ? et à quel moment de votre vie, vous avez su que vous feriez carrière en tant que comédienne ?

Ça signifie pour moi beaucoup de choses : le fait d’exercer ma passion, de montrer et de partager mon art, de recevoir l’avis, l’encouragement et l’énergie positive de mon public. Tout cela m’a donné envie à un certain moment de suivre cette voie. J’ai toujours appréhendé le fait de travailler dans un bureau, enfermée toute la journée entre 4 murs. Quand j’ai rencontré et côtoyé des étudiants de l’ISADAC alors que je faisais la Fac de littérature anglaise, j’ai été ébahie par leur énergie et par leurs études. J’ai décidé un peu de temps après de tout laisser tomber et d’intégrer l’ISADAC pour devenir comédienne.

Qu’aimez-vous faire à part jouer la comédie ?

Vivre la vraie vie Jet profiter des beaux moments avec mon fils et ma famille.

Avez-vous un genre de films particuliers où vous préférez jouer ? et pourquoi ?

Non, pas de préférence particulière. Du moment que le scénario me donne envie, je suis partante.

Quels genres de films aimez-vous voir ?

J’adore les films d’histoires et les comédies.

Quelles sont vos ambitions ?

Mes ambitions professionnelles sont de travailler dans davantage de productions, jouer d’autres rôles, faire un long métrage… Bref, travailler et apprendre chaque jour encore plus.

Accroche

« La place de la femme marocaine reste en dessous de son engagement dans la société »

laissez un commentaire