116 Millions de dollars pour l’inclusion financière numérique des femmes en Afrique

La France, le Royaume-Uni et la Fondation Bill & Melinda Gates ont annoncé, jeudi lors de la réunion des ministres des Finances du G7, des contributions à hauteur de 116 Millions de dollars pour soutenir l’inclusion financière numérique des femmes en Afrique, en appelant au soutien des autres pays du G7.

Lors de cette réunion, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire a encouragé ses pairs du G7 à contribuer à l’objectif de lever 255 millions de dollars pour financer les initiatives décrites dans le rapport qui permettront d’améliorer l’inclusion financière numérique, en Afrique, en particulier chez les femmes.

A cette occasion, la Fondation Bill et Melinda Gates a annoncé qu’elle contribuerait jusqu’à 73 millions de dollars pour soutenir cet objectif, ce qui représente environ un tiers du montant total estimé, indique un communiqué de Bercy.

La France a annoncé, pour sa part, une contribution de 25 millions de dollars en faveur de la règlementation, des systèmes d’identification, des infrastructures de paiement et de recherche en plus des initiatives en cours de l’AFD (Agence Française de Développement) en matière d’inclusion financière numérique.

Le Royaume-Uni contribuera également à hauteur de 18.6 millions de dollars à l’identification numérique au travers de l’initiative de la Banque Mondiale ID4D.

A la demande de la présidence française du G7, la fondation Bill & Melinda Gates a rédigé un rapport pour un partenariat en faveur de l’inclusion financière numérique des femmes en Afrique. Ce rapport a été présenté par Melinda Gates, co-présidente de la fondation Bill & Melinda Gates, à la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G7.

Le rapport met en évidence un écart persistant de 9 points de pourcentage entre hommes et femmes dans les économies en développement, qui est resté inchangé depuis une décennie.

Il présente également cinq piliers essentiels pour le G7 afin de soutenir l’inclusion financière, en particulier chez les femmes en Afrique. Il s’agit notamment d’étendre l’inclusion financière numérique aux femmes en Afrique, accélérer le développement de systèmes de paiement inclusifs et interopérables, améliorer l’accès aux systèmes d’identification numérique, créer un cadre de régulation favorable à l’inclusion financière, aider les pays à faire un état des lieux de leur préparation au digital, afin de maximiser l’impact social et économique de l’inclusion financière numérique.

La ville française de Chantilly accueille depuis mercredi la réunion des ministres des Finances et des Gouverneurs de Banque centrale de ce groupe des 7 pays les plus industrialisés, avec à l’ordre du jour tout particulièrement les enjeux de concurrence posés par l’économie numérique et le renforcement de la cybersécurité dans le secteur financier.

Il s’agit de la dernière réunion ministérielle du G7 avant le Sommet de Biarritz (24-26 août).

laissez un commentaire