Une relation intime

Ahmed Charai

Le retour du Roi Mohammed VI, après une période de convalescence, a suscité de l’émoi au sein de la population marocaine. L’empathie est une évidence et elle est peu reliée aux vicissitudes de la vie politique. C’est un lien quasi-charnel qui s’est établi entre un Roi, un peuple et cela mériterait des études académiques, parce que cela relève de l’intime et dépasse largement l’adhésion à un projet politique, qui pourtant reste très fort.

Cette relation s’étend à toute la famille royale. Le Souverain, dès son accession au Trône, a impliqué son frère et ses sœurs, non pas dans la gestion du pays, mais sur des questions qui touchent à la vie quotidienne, qui sont transversales, et réellement populaires et ce à travers des institutions et des fondations indépendantes et qui sont réellement complémentaires au travail de l’exécutif.

Lalla Meryem est chargée des questions de l’enfance et des femmes. Son idée d’un parlement des enfants fait des émules partout dans le monde. Lalla Hasna est en charge de l’environnement et réalise des opérations récurrentes qui s’inscrivent dans un projet vert citoyen, Lalla Asmaa est omniprésente sur le social, Moulay Rachid s’occupe du sport, le golf en l’occurrence. Il le fait avec sérieux, élégance, en intégrant la dimension civilisationnelle du sport.

Les Princesses et le Prince s’acquittent de ces tâches avec une discrétion irréfutable. Ils ne s’adressent jamais à la presse, ne recherchent aucune médiatisation de leur action. A l’inverse l’on sait, que chacun d’entre eux a développé une véritable expertise dans son domaine, parce qu’ils se sont bien entourés et qu’ils ont travaillé. Leur action n’a rien de protocolaire, ils ne lisent pas des discours qu’on leur prépare, ils sont réellement aux manettes de projets, de visions, qui impactent la vie quotidienne et qu’ils rapprochent des gens.

Lalla Meryem et son travail pour l’enfance, ont inspiré des lois, renforcé l’action associative. Lalla Hasna a réussi à mettre la question écologique au centre du débat politique.Lalla Asmaa en a fait de même pour le traitement des vieux. Moulay Rachid a sorti, par exemple, le golf de vecteur d’un tourisme VIP, pour en faire aussi un vecteur de développement local et d’intégration, en permettant à des enfants démunis d’exercer ce sport.

Cette action discrète, mais résolue, a un effet historique. La relation de la famille Royale avec le peuple est devenue quasi-personnelle, elle relève de l’humain et non pas du politique. Chaque marocain, en tous cas la majorité écrasante, s’approprie la famille Royale et en fait sa propre famille, ce lien indéfectible de la famille est unique dans l’histoire.

Cette relation intime, fusionnelle relation, est un grand acquis pour la stabilité, mais pas seulement. Elle devrait apaiser la vie politique et ouvrir la voie à un approfondissement de la démocratie. C’est un véritable socle pour l’avenir.

laissez un commentaire