Fès se dote d’une nouvelle zone industrielle

Fruit d’une collaboration entre l’Université Euro-Méditerranéenne de Fès et ses partenaires, « Fez Smart Factory » (FSF) sera opérationnelle d’ici mars 2022. La zone comprendra la première usine modèle 4.0 au Maroc

D’un investissement de 104 millions de DH, cette zone industrielle sera cofinancée en grande partie par l’Agence Millennium Challenge Account-Morocco (MCA-Morocco) via un apport du Fonds des Zones Industrielles Durables (FONZID) à hauteur de près de 50% du coût du projet et la Région Fès Meknès. Le projet est créé par le consortium composé de l’Université Euro-Méditerranéenne de Fès (UEMF) en tant que chef de file, la Branche Fès-Taza de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), la Société Alten Delivery Center Maroc et le Conseil Régional de Fès-Meknès.

Détails du projet

L’objectif est de développer une zone industrielle durable par la mise à profit des concepts de l’industrie 4.0. Ainsi, le futur projet FSP sera composé d’espaces dédiés aux services de transfert de technologie, d’ingénierie, d’innovation et de recherche & développement (R&D) et de recherche technologique (R&T), comprenant un incubateur, un accélérateur de startups, des sociétés d’ingénierie et des entités de R&D et de R&T. La zone comprendra également la première usine modèle 4.0 au Maroc et 93 lots industriels destinés à des usines intelligentes. S’étendant sur une superficie de 11 Ha (propriété de l’UEMF), le projet FSF abritera un bâtiment dédié aux services d’innovation pouvant accueillir environ 40 porteurs de projets, 30 startups, 10 sociétés d’ingénierie, 5 entités de R&D et R&T et une dizaine d’investisseurs dans le business center.

Plus de 5.000 emplois créés

Les secteurs industriels ciblés par les activités de « Fez Smart Factory » sont divers. Il s’agit notamment de l’Agro-alimentaire , l’Électrique/Électronique , la Mécanique/métallurgie, les Énergies renouvelables , l’Ingénierie Digitale et intelligence artificielle et la Confection Textile et Cuir. Les bénéficiaires seront choisis sur concours parmi ces secteurs. Cependant, d’autres opportunités d’industrie 4.0 pouvant se présenter dans tous les secteurs industriels, seront saisies, plus particulièrement les industries de production des petites séries. A terme, ce projet devrait générer plus de 5 MMDH d’investissements et plus de 5.000 emplois directs hautement qualifiés. Pour y parvenir, le projet FSF profitera de l’appui des compétences de l’UEMF et de ses plateformes à la fine pointe de la technologie (la plus grande plateforme d’impression 3D du pays et la première École d’ingénierie Digitale et d’Intelligence Artificielle en Afrique).

laissez un commentaire