Sanctions Russes : L’ex patron de BP monte au créneau

Tony Hayward

Tony Hayward

«Les sanctions américaines et européennes contre Moscou risquent de se retourner contre le monde occidental en limitant l’offre mondiale de pétrole et incitant les prix à la hausse », met en garde l’ancien directeur général de BP. Tony Hayward a déclaré que l’exclusion des groupes énergétiques de la Russie des marchés de capitaux et les restrictions de leur accès à la technologie pétrolière occidentale conduiraient éventuellement à une baisse des investissements dans la production pétrolière russe et nuiraient à l’approvisionnement à long terme. Et d’ajouter que le boom du schiste américain avait dissimulé les risques croissants quant à l’approvisionnement mondial. Mais son effet se dissipera, laissant l’économie mondiale dangereusement exposée à d’éventuelles perturbations dans le flux du pétrole. Tony Hayward s’est exprimé sur les sanctions américaines et européennes élargies contre la Russie vendredi dernier à l’heure où les Etats-Unis ajoutent Gazprom, le principal fournisseur énergétique européen, et Lukoil, le groupe pétrolier privé, sur la liste des entreprises qui seront privées de la technologie et des produits américains, ainsi que des services et des projets pétroliers de l’offshore de l’Arctique. L’Union Européenne et les États-Unis ont également imposé des restrictions sur le financement de certains groupes énergétiques russes détenus par l’Etat. « Le monde a été bercé dans un faux sentiment de sécurité en raison de ce qui se passe aux États-Unis », a déclaré Hayward, dans une interview avec le Financial Times, se référant au boom du schiste qui a entraîné une augmentation de 60% de la production du brut américain depuis 2008. Et de se demander : « Quand les approvisionnements atteignent leur sommet, d’où pourra-t-on en obtenir de nouveaux ? » A mesure que les bassins d’hydrocarbures approchent de la maturité, le monde a misé sur de nouveaux barils en provenance du Canada, de l’Irak et de la Russie. « Mais le potentiel inexploité de la production russe dans l’Arctique et les réserves de schiste en Sibérie sont menacés par les sanctions », a-t-il averti. « A cause des sanctions financières, les grands gorilles vont commencer à réduire leurs activités ». Hayward, président du géant des matières premières Glencore, et qui dirige le groupe pétrolier Genel Energy, s’interroge également sur les projections d’une grande augmentation de la production pétrolière en Irak. Il a déclaré que le pays aurait du mal à atteindre les objectifs de doubler la production d’ici 2020. Les sanctions pourraient mettre en danger les alliances que Rosneft, le groupe étatique pétrolier russe a conclues avec les majors occidentaux tels que le groupe ExxonMobil pour explorer les mers arctiques de la Russie. Selon Michael Cohen, analyste chez Barclays, cela pourrait rendre plus difficile pour les groupes pétroliers et les entreprises de services européens de soutenir leurs activités actuelles en Russie❚

laissez un commentaire