France. Contre l’extrémisme turc, le remède marocain et émirati

Le Roi du Maroc Mohammed VI et le Président de la République française Emmanuel Macron

En France, l’exploitation de l’islamisme par des pays étrangers fait toujours débat et on y va de plus en plus sans prendre de gants et en désignant les responsables.

« Le combat géopolitique qui oppose aujourd’hui la France et la Turquie dans différentes zones de crise – Méditerranée orientale, Syrie, Libye – trouve ses origines dans la volonté du président Erdogan d’imposer aux musulmans sa vision nationaliste et offensive de l’islam, inspirée des Frères musulmans », écrit le général Dominique Trinquand, le 14 janvier, sur les colonnes de Marianne.

La Turquie emploie ses réseaux en France en « s’appuyant sur des organisations et des réseaux comme le Conseil de la justice de l’égalité et de la paix (COJEP), près de 200 professeurs de langues et de culture turque dont beaucoup sont proches du parti au pouvoir (AKP), mais aussi des imams envoyés et rémunérés par la présidence des affaires religieuses turque », précise D. Trinuquand, C’est ainsi que le président islamiste Erdogan « tente d’imposer sa vision de l’Islam à la diaspora mais aussi aux musulmans de toutes origines », souligne l’auteur.

Dominique Trinquand

Comment la France pourrait-elle échapper à cette offensive sournoise? Dominique Trinquand montre qu’il y a des possibilités: « Dans ce combat, la France doit être pragmatique et s’entourer de pays amis ». C’es-à-dire des pays amis qui n’exploiteraient pas la religion contre les intérêts de la nation française. « Le Maroc et les Émirats arabes unis, deux de nos principaux alliés dans la région MENA (Moyen-Orient, Afrique du Nord) sont, l’un à l’extrême ouest, l’autre à l’Est, des partenaires de poids dans la guerre contre l’islam radical ».

Pourquoi le Maroc? Parce que, explique l’auteur, le pays « est incontestablement un pôle de stabilité politique et religieuse aux portes de l’Europe ». En plus, « le Royaume à majorité musulmane pratique l’Islam du juste milieu, ou wasatiyya, qui renvoie aux notions de modération et de pondération ».

La coopération avec les pays amis dans la lutte contre la menace terroriste et l’expansion de l’islam radical, viendra renforcer  l’arsenal juridique fort mais juste que doit instaurer la France. Car pour Dominique Trinquand, « la loi confortant le respect des principes républicains est bienvenue et le soutien du Maroc et des Émirats arabes unis est une nécessité en France aussi bien qu’en Afrique du Nord et au Moyen Orient ».

laissez un commentaire