Horreurs coloniales. La Belgique genoux à terre

La sauvagerie de la civilisation

 

Le passé colonial belge en Afrique est un des plus terribles de l’histoire humaine. Le roi Léopold II qui avait fait du Congo sa propriété personnelle a laissé trop de cicatrices pour que les Congolais oublient.

Même au moment de l’indépendance, la main belge a continué à frapper, on lui reproche toujours l’assassinat de Patrice Lumumba, un crime qui n’a jamais été élucidé.

Aujourd’hui, le roi Philippe s’excuse pour ce passé dramatique.

« À l’époque de l’État indépendant du Congo, des actes de violence et de cruauté ont été commis, qui pèsent encore sur notre mémoire collective », a dit le souverain belge dans sa lettre adressée au président de la RDC, Félix Tshisekedi. Ils pèsent surtout sur la vie de millions de Congolais qui subissent encore les affres de ce passé et qui, en Belgique subissent encore les douleurs du racisme.

La statue de Leopold II a été retirée à Bruxelles. Des manifestants l’ont couverte de peinture

D’ailleurs, même après cette période, il y’en a eu une autre. « La période coloniale qui a suivi a également causé des souffrances et des humiliations ».

Qu’à cela ne tienne, la Belgique met le genoux à terre (c’est la mode). Il faudrait peut-être penser à quelque chose de plus sonnant que des excuses pour vraiment effacer la sauvagerie du passé.

laissez un commentaire