La constance

Par Ahmed Charaï 

 

Le chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani a cru bon de se fendre d’une déclaration sur la position du Maroc, portant sur le conflit israélo-palestinien. Il l’a faite au nom du Roi, du gouvernement et du peuple, dans une rhétorique propre à son parti, qui n’a tout de même que quelques centaines de milliers d’électeurs. Son parti invite Khaled Mechâal à s’exprimer cette semaine au congrès de la jeunesse  du PJD, ce qui est son droit, mais ni le Maroc officiel, ni les Marocains n’ont jamais soutenu la division palestinienne.

On attendait le chef du gouvernement sur le Covid et sa gestion incompétente, il a maladroitement ouvert un nouveau débat.

Au Maroc, la diplomatie, les affaires étrangères, relèvent du domaine réservé du Roi. Sur la question palestinienne, le Maroc est d’une constance remarquable. Depuis les années 60, avant même la guerre des six jours, il a plaidé pour le dialogue.

Les droits des Palestiniens à un Etat indépendant, c’est le Maroc qui les a toujours portés. C’est à Rabat que l’OLP a été reconnue unique représentant du peuple palestinien.

Mais le Maroc a toujours refusé les extrémismes et plaidé pour le  dialogue entre Palestiniens et Israéliens. Feu Hassan II ne s’est jamais caché. Il a reçu Moche Dayan, le président de l’organisation juive mondiale, puis Shimon Peres. Après la signature de l’accord d’Oslo, Rabin et Yasser Arafat sont venus directement à Rabat pour souligner le rôle du Maroc dans cet accord, à l’époque plein d’espoir.

C’est aussi à Casablanca, au Palais Royal, qu’a été organisé le sommet économique pour la paix. Cette attitude n’a pas empêché le Maroc de défendre les droits du peuple palestinien. C’est cette doctrine qui préside toujours à la position marocaine.

Parce que les conditions géostratégiques ont changé, le Maroc continue à soutenir les Palestiniens, à construire des écoles, à rétablir des sites culturels, sans s’immiscer dans les affaires palestiniennes. De même, le Maroc respecte la souveraineté de tous les États , y compris arabes, et ne commente donc jamais leurs positions, y compris sur ce dossier.

Cette constance conforte le Maroc comme un pont pour la paix, parce que c’est un pays influent, parce qu’il a une communauté en Israël qui a des liens forts avec son pays d’origine. C’est cette constance qui fait que Rabat ne peut être l’objet d’aucune pression. Les positions sont claires, constantes et le resteront en faveur d’une paix juste et durable.

laissez un commentaire