La France est-elle en train de brader ses mosquées ?

La Mosquée Abou-Bakr-Essedik à Angers, en chantier depuis 2014. (DR)

 

La Mosquée Abou-Bakr-Essedik à Angers, l’une des plus grandes de France a été cédée vendredi 25 septembre, à titre gracieux au ministère marocain des Habous. Une décision qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

 

L’Association des musulmans d’Angers (AMA) a voté vendredi dernier, dans le cadre d’une assemblée générale extraordinaire, en faveur de la cession à titre gracieux de la mosquée Abou-Bakr-Essedik au ministère des Habous et des affaires islamiques du Maroc. La résolution adoptée à la quasi-majorité avec 87 voix pour, 4 voix contre et 3 abstentions n’a pas été du goût de tout le monde en France.

 

« Un abandon de territoire ! »

 

Plusieurs voix se sont aussitôt déchainées sur les réseaux sociaux pour dénoncer ce projet qui qu’ils qualifient d’acte « séparatiste ».

C’est le cas de Gilbert Collard, euro-député RN (Rassemblement national) qui s’est empressé de réagir sur son compte Twitter en publiant un post satirique incendier : «La nouvelle grande mosquée d’Angers va être cédée, sur la base du droit islamique, au… Maroc! Il est redoutablement efficace le combat des guignols de la République contre le séparatisme

 

 

 

Collard a déclaré dans une interview accordée au site Sputnik que «le fait de céder quasiment à titre gratuit un espace religieux dont on ne sait pas vers quelle version de la religion il se dirigera est une pure folie, un abandon de territoire».

Bien que ce dernier salue le combat du Maroc contre la radicalisation, il met en garde contre le fait de laisser une puissance étrangère ériger une «forteresse religieuse» sur le territoire national français.

 

Vers une islamisation de la France ?

 

Sur les réseaux sociaux, les internautes furax, font état de leur inquiétude. Plusieurs twittos virulents crient à l’islamisation de la France. Le dossier suscite la polémique au-delà du Maine-et-Loire et selon le journal Ouest-France, le maire d’Angers, Christophe Béchu a déjà saisi le préfet.

Avec une capacité d’accueil de 2.400 fidèles, la mosquée angevine est en chantier depuis son lancement en 2014. Cela fait 6 ans que les travaux tournent au ralenti, faute de budget.

Financé par l’argent des fidèles, et non par les deniers publics, le projet comprend aussi la construction d’un centre culturel, dont le coût avoisinerait les 4 millions d’euros.

LIRE AUSSI :

Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer

 

laissez un commentaire