Un autre coup tordu de l’Algérie

Ricardo Serra avec le chef du Polisario Mohamed Abdelaziz

Ricardo Serra avec le chef du Polisario Mohamed Abdelaziz

Lorsque le Pérou avait retiré sa reconnaissance à la contestable et contestée république du Polisario (mesure prise par l’ancien président Alberto Fujimori (1995-2000), et maintenue encore aujourd’hui sous le mandat d’Ollanta Humala, la décision avait profondément désespéré les amis de ce front séparatiste. Ils n’ont cessé depuis d’essayer de reconquérir ce pays. Leurs méthodes, très peu conventionnelles, sont d’autant plus applicables qu’elles trouvent facilement un financement qui vient du pays protecteur des séparatistes, l’Algérie. La dernière opération en date consistait à discréditer la diplomatie marocaine à Lima. Ça tombe bien, il se trouve des journalistes trop sensibles aux arguments sonnants et trébuchants du Polisario. L’affaire est donc assez facile. Le journaliste Ricardo Sanchez Serra est en même temps président d’une structure qui se fait appeler « Conseil péruvien de soutien au peuple sahraoui ». Dans sa dernière sortie, il a accusé l’ambassadrice du Maroc au Pérou d’acheter des journalistes et des politiques en leur offrant des cadeaux et des voyages au Maroc. Ce qui, venant du Polisario laisse planer des doutes. En outre, il a appelé, à l’occasion de la journée de la femme, l’ambassadeur algérien à Lima à l’élargissement de la Minurso aux droits de l’homme au Sahara. Rien de très étonnant, cependant, puisque le journaliste en question faisait partie de la délégation d’«experts» que le Polisario a amené avec lui la 4ème session de l’ONU sur la décolonisation (octobre 2013). Usant de tous ses moyens et de l’appui de l’ambassadeur algérien, le journaliste est parvenu à entraîner avec lui la Fédération de la presse péruvienne (FPP) qui a déclaré l’ambassadrice marocaine personae non grata au Pérou. La fébrilité des supporters du Polisario a certainement un rapport avec la visite qu’effectuent des parlementaires marocains au Pérou. Le chef de la délégation, Karim Ghellab, le président de la première Chambre, a rencontré le premier ministre Rene Cornejo qui a confirmé le grand potentiel de développement des échanges commerciaux entre les deux pays. La qualité des relations en Rabat et Lima a été encore une fois confortée lors de cette visite que les actions du Polisario et de l’ambassade algérienne n’ont pas réussi à altérer.

 

laissez un commentaire

Commentaires (8)
  1. SABIK

    les dirigeants algériens n’ont qu’un seul instinct….celui de la destruction
    bien entendu,on ne compte plus les coups tordus contre le MAROC
    ils commencent même à s’auto-détruire A suivre

    Répondre
  2. chafiq

    Qu’attendez vous d’un gouvernement présidé par une marionnette…

    Répondre
  3. nabil

    Oui bien dit , la caravane passe les chiens aboient.un jour arrivera ou ils vont constater leur énorme bêtise , on arrête pas un peuple en paix avec lui même et qui emploi toute son énergie a garantir un meilleur devenir pour ses citoyens.

    Répondre
  4. othmans

    quelle ironie, choisir la journée de la femme pour s attaquer à une ambassadrice, alors que il n y en a pas des masses à travers le monde. C est donc le comble du Polisario, s attaquer à la femme le jour des femmes, ils s attaqueront quand à l esclavage dans leurs camps de concentration ou ils ont déporté tant d innocents naifs au mensonge que la Marche verte aurait pu etre dirigée contre eux alors que leurs freres du reste du Maroc sont venus les delivrés. Ont ils seulement connaissance des efforts qui ont ete consentis par ces 350.000 marcheurs (a pied à dos de mulets et en camions sans sieges) du risque qu ils ont pris de se faire tirer dessus par les soldats espagnols qui ne voulaient pas partir. Et combien finalement la démocratisation de l Espagne avec la mort de Franco, grace à l amitié de Juan Carlos pour Hassan II sont venus à bout du complot contre le Maroc……….

    Répondre
  5. TAWFIK NAJIB

    BON POINT POUR KARIM GHALLAB (P.I.)

    Répondre
  6. faiek

    quand on chevauche un dromadaire on ne peut avoir peur des scorpions

    Répondre
  7. albahja

    ‏{‏وَيَمْكُرُونَ وَيَمْكُرُ اللَّهُ وَاللَّهُ خَيْرُ الْمَاكِرِينَ‏}‏ ‏[‏سورة الأنفال‏:‏ آية 30‏]‏

    Répondre
  8. Abdy Slah

    ce qui étonne mais qui soulève un tas de questions, c’est que parmi les pays qui soit disant soutiennent la « cause » du polisario, 80% sont des hispanophones, étonnant non ? car le polisario se lis en espagnole « Frente Popular de Liberación de Saguía el Hamra y Río de Oro » ironie du sort, il est devenu « Frente Popular de Liberación de Tinduf y su periferia » car il finira par réclamer cette ville qui n’existe que par lui (voir Google Earth, ça crève les yeux) à défaut de ces militaires algériens qui ne les laisseront jamais repartir dans leur « Maroc » d’où ils ont été arrachés par boumedienne qu’il soit maudit là où il est

    Répondre