Espagne : Renfe participera pour concurrencer l’AVE de France

La compagnie de chemin de fer publique espagnole sera en concurrence avec la SCNF sur son marché, de la même manière que cet opérateur public français a également annoncé son intention d’entrer dans l’AVE espagnol.

Renfe entrera dans l’AVE de la France lorsque le transport ferroviaire de voyageurs s’ouvrira à la concurrence dans toute l’Europe à partir de décembre 2020, selon des sources rapportées par Europa Press.
De cette manière, la compagnie de chemin de fer publique espagnole sera en concurrence avec la SCNF sur son marché, de la même manière que cet opérateur public français a également annoncé son intention d’entrer dans l’AVE espagnol.
Renfe a approuvé lundi 1 juillet, lors de son conseil d’administration son projet de débarquement dans le pays voisin, une initiative qui répond à sa stratégie d’internationalisation. Dans le cas de la France, la compagnie prétend avoir fait circuler des trains approuvés.
Ce sont les unités AVE S100 fabriquées par Alstom que l’opérateur a dans son parc d’équipements mobiles, les premiers qu’il a achetés et avec lesquels il a commencé son périple à travers ligne Madrid-Séville et qui a été récemment rénovée.
L’opérateur public espagnol ouvrira prochainement un bureau permanent à Lyon et, parallèlement, demandera les autorisations correspondantes pour opérer sur le réseau français.
Renfe s’est notamment adressé aux autorités de régulation du marché ferroviaire, l’Autorité de la sécurité ferroviaire du pays, l’Autorité française de la sécurité ferroviaire (EPSF) et l’Adif française, SCNF Reseau, la société publique qui gère le réseau.

 

Cible, Paris

La compagnie de chemin de fer espagnole a l’intention de fournir des services qui passent ou ont l’origine ou la destination à Paris, même si elle reconnaît qu’elle devra être « dans une seconde phase », en raison des « difficultés techniques et des exigences imposées » lorsqu’elle a demandé l’autorisation à l’Adif français d’atteindre les stations de la capitale.Avec son entrée en France, Renfe fera donc face à son homologue SCNF sur son propre marché après que cette société ait également annoncé son intention d’entrer dans l’AVE espagnol avec son service « low cost » lors de la formation du train l’année prochaine ouvert à la compétition.
De son côté, Renfe, dans le cadre du plan stratégique élaboré pour préparer l’entrée de la concurrence, travaille également sur un service AVE «low cost » qu’il envisage de lancer à Pâques 2020, quelques mois avant la libéralisation du rail.
L’entrée en France répond à d’autres piliers de la stratégie de Renfe, celle de l’internationalisation, apportant à d’autres pays son expérience dans l’exploitation de l’AVE, mais également des services publics tels que les réseaux de banlieue.
L’opérateur, qui exploite depuis la fin de l’année dernière l’AVE Mecca-Medina, s’est positionné aux États-Unis avec la constitution de la filiale Renfe USA et son entrée dans le projet Texas AVE. Il fait également partie d’un des consortiums en concurrence pour exploiter l’AVE au Royaume-Uni et se concentre également sur l’Amérique latine.
En vertu de son plan stratégique, Renfe aspire à ce que son futur « low cost » d’AVE génère 20% de son chiffre d’affaires total dans une dizaine d’années, à l’horizon 2028, et les activités internationales à 10% supplémentaires.

laissez un commentaire