la fièvre espagnole révolutionne les loisirs

La fièvre, une start-up conçue et développée technologiquement en Espagne, a réussi, en l’espace de cinq ans,
la numérisation du secteur des expériences de loisirs.

La « start-up » espagnole, qui a révolutionné la manière dont les gens profitent des loisirs dans les grandes villes, est une plateforme de visibilité et de marketing. En cinq ans, Fever, entreprise leader dans le secteur de la numérisation des expériences de loisirs, a consolidé un modèle économique unique lui permettant

de maintenir une croissance autofinancée à New York, Londres et Madrid, villes où elle a atteint le point de «Seuil de rentabilité» en 2017, avec des taux de croissance supérieurs à cent pour cent.

La fièvre est une start-up conçue et développée technologiquement dans notre pays qui, en l’espace de cinq ans seulement, a réussi la

numérisation du secteur des expériences de loisirs. Ses fondateurs sont trois jeunes Espagnols, Nacho Bachiller, Alexandre Pérez et Fran Hein. Deux ingénieurs (Nacho et Alexandre) et un diplômé de la « Business School » (Fran) avec une carrière professionnelle brève mais intense et brillante.

«Il y a quelques années, nous nous sommes rendu compte que, après le loyer ou l’hypothèque et les transports, les dépenses de consommation en troisième position étaient les loisirs et les divertissements, ce que l’on appelle« l’expérience de l’économie ». Cependant, il n’y avait pas d’opérateur technologique comme il en existait dans les domaines de la musique, de l’audiovisuel et de la mobilité, déclare Fran Hein, son « directeur marketing ». Alexandre Pérez, co-fondateur en charge de la stratégie, indique que lorsque Netflix a lancé son premier « original », « House of Cards », « les gens ont dépensé 10 dollars en moyenne par mois sur cette plateforme ce qui conduit à conclure qu’il existait un créneau inspiré de la société dirigée par Reed Hastings, où en plus de générer du contenu, il est utile de découvrir et de connaître, grâce aux algorithmes, le moindre détail concernant les goûts, les tendances, les désirs, etc. ».

Il était temps d’agir et le «marché» des expériences segmentées est lancé dans les principales villes: Madrid, Londres, New York, Paris ou Lisbonne. Les utilisateurs accèdent pour découvrir et acquérir des plans dans leur ville. Ces entrepreneurs font un deuxième pas et répondent à une question posée à voix haute: « Comment devenons-nous pertinents? » Et ils ont décidé, argumente Nacho Bachiller, de « promouvoir le « réseau médiatique secret, un réseau de médias locaux cent pour cent numérique dont le but est de générer du contenu sur les réseaux sociaux concernant les loisirs et les divertissements en ville. Au lieu de payer des médias comme Time ’Time Out’ de Londres pour parler de nous, nous pensons que nous savons désormais mieux que toute publication traditionnelle comment les gens décident quoi faire. Ensuite, ’Secret London’ ’est né.« Son impact est le double de celui du célèbre guide puisque plus de trois millions de personnes le suivent chaque semaine. C’est le résultat de la combinaison de la créativité humaine et des outils technologiques », déclare Hein.

Cependant, ces avancées n’étaient pas suffisantes. Sans innover, on ne peut pas grandir, alors un jour, après mûre réflexion, diverses séances de brainstorming, réunions … nous décidions: « Nous voulons avoir notre propre série d’expériences ». Et ainsi est né Fever Originals, la troisième étape. « Nous sommes allés chez des promoteurs dotés d’une grande expérience », explique Alexandre Pérez, « auxquels nous proposons de créer ou d’organiser certains événements sur la base des conclusions tirées de l’analyse de nos données. Si vous développez cette idée avec ces ingrédients, il y a de grandes chances que vous travailliez. Même, nous allons risquer une partie de l’argent nécessaire au démarrage du projet. Le résultat ne pourrait pas être meilleur. Les bougies «(concerts aux chandelles), la salle de récupération de La Casa de Papel ”, une coproduction de Fever et Atres-media, ou les expériences immersives du film“ Total Challenge ”et“ Alice au pays des merveilles ”ont reçu un accueil inhabituel.

laissez un commentaire