L’approvisionnement en produits de base résistera à l’impact du coronavirus en Espagne

Impact
Un effondrement de la chaîne d’approvisionnement ou une pénurie généralisée sont pratiquement impossibles. Il peut y avoir des problèmes avec des produits et des cas spécifiques. Rien de plus.

La panique est le pire allié pour résoudre une crise. Et le coronavirus a déjà provoqué plusieurs réactions chez les citoyens. L’une des plus manifestes est la rage de l’approvisionnement qui peut entraîner une pénurie dans les magasins et les supermarchés. Cela s’est déjà produit dans des pays touché par le virus, comme la Chine, l’Italie, l’Australie ou l’Allemagne. Ce n’est pas le cas de l’Espagne. Notre dépendance vis-à-vis des pays étrangers dans les produits alimentaires et de base est minime. Un effondrement de la chaîne d’approvisionnement ou une pénurie généralisée sont pratiquement impossibles. Il peut y avoir des problèmes avec des produits et des cas spécifiques. Rien de plus. Et ils ne se prolongeraient pas beaucoup dans le temps. Rassurantes, les grandes sociétés de distribution ont confirmé à LA RAZÓN que l’approvisionnement est assuré, car la plupart des produits sont d’origine nationale et le réapprovisionnement est rapide.
« Jusqu’à présent, il y avait une demande bien supérieure à la normale des produits désinfectants, des gants en latex ou du papier toilette, mais le remplacement dans les linéaires a été presque immédiat ».
D’autres secteurs ne jouissent pas de la même tranquillité. Les sociétés pharmaceutiques, technologiques, textiles et automobiles ont déjà commencé à mettre en œuvre des plans d’urgence en raison de la réduction partielle de l’approvisionnement en composants et matières premières et du blocage de certains produits en raison de la fermeture industrielle en Chine. Contrairement aux sociétés de distribution, les entreprises de ces secteurs mettent en garde contre d’éventuels problèmes de pénurie à court terme si le blocus se poursuit dans le temps et si la production s’arrête. Ils estiment que les premiers effets graves commenceront à se faire sentir dès le mois prochain, lorsque les réserves accumulées dans les magasins des entreprises ne couvriront pas tous leurs besoins matériels.
Certains secteurs dépendent presque totalement du géant asiatique. Dans le cas du secteur pharmaceutique, un grand nombre des composants de médicaments fabriqués en Europe proviennent des usines chinoises. Pour cette raison, l’association patronale Farmaindustria a déjà demandé à ses associés de signaler toute anomalie dans leurs commandes, en plus d’évaluer la situation actuelle de pénurie de certains médicaments, qui a été relatée ces derniers mois. « Actuellement, plus de 15.000 références sont commercialisées en Espagne et il y a des problèmes avec 500 d’entre elles, seulement 3%. Mais cette situation peut s’aggraver très rapidement si la production n’est pas redémarrée en Chine ou si de nouveaux fournisseurs ne sont pas recherchés, ce qui n’est pas facile », expliquent des employeurs. Fernando Simón, directeur de la coordination des urgences, a confirmé cette semaine qu’ « il n’y a plus de problème pour acheter des médicaments », bien qu’il ait reconnu qu’il existe des « dysfonctionnements ponctuels » avec les masques et certains appareils médicaux – non seulement en Espagne, mais aussi dans d’autres pays. Dans les secteurs dépendant des nouvelles technologies et de l’électronique, le problème est que l’arrivée de composants et de matières premières en provenance de l’UE a été interrompue. Pour tenter d’y remédier, Bruxelles a proposé une formule d’achat centralisée qui facilite le contrôle des prix et évite la spéculation dans le processus, mais ce modèle doit être ratifié par chacun des pays membres.

laissez un commentaire