Une députée de VOX démissionne d’un parti extrémiste et homophobe

Ce n’est pas une vague, mais un signal. Le patron de Vox doit se sentir gêné. Une députée vient de claquer la porte tout en déballant le linge sale du parti de l’extrême droite.

Ce n’est pas une vague, mais un signal. Le patron de Vox doit se sentir gêné. Une députée vient de claquer la porte tout en déballant le linge sale du parti de l’extrême droite.

Malena Contesti, jusqu’ici députée VOX au Congrès aux Îles Baléares, a démissionné des listes du « passa charge » du leader du parti aux élections du 10 novembre. Elle accuse le parti de « criminaliser la femme, d’être homophobe et extrémiste », entre autres choses.

Dans sa lettre, elle écrit qu’il y a près de deux ans, elle s’est lancée dans la politique et a co-fondé Actúa pour, entre autres, défendre l’unité de l’Espagne, la lutte contre le sécessionnisme, les droits linguistiques, la liberté économique et les réductions d’impôts et la réduction de l’administration surdimensionnée.

Cependant, elle note que cette « illusion initiale est progressivement devenue une profonde déception » après la coalition électorale qui a provoqué son arrivée à Vox. Sa déception « vient de l’imposition d’un dogmatisme qui frappe comme une enclume dans tous ces idéaux qui semblaient rendre Vox nécessaire ».

Ainsi, l’ancienne députée parle de « multiples scandales d’irrégularités présumées qui non seulement ne font pas l’objet d’une enquête, mais qui sont protégés; l’exclusion et l’insulte constante envers les autres partis; la démagogie, l’homophobie et divers extrémismes ».

« Contrairement à la politique consistant à proposer de vraies solutions avec des principes clairs », « la politique de Vox » est élaborée dans le sens où « l’important est de faire du bruit pour paraître dans la presse », tout en manipulant et criminalisant les dissidents.

Elle indique également qu’elle a honte de « voir comment une photo avec le drapeau du mouvement gay est un motif d’expulsion du parti » ou de la « manipulation de la réalité pour lier directement le terrorisme à l’immigration », avec « l’unique but de s’attaquer à tous et aux organisations qui ne participent pas au prosélytisme confessionnel international auquel appartient VOX ».

Dans un autre sens, elle a également critiqué la « criminalisation » des femmes qui subissent « le traumatisme de l’avortement », « sans prêter attention à leur situation ».

laissez un commentaire