Les autorités marocaines sont « toujours en attente » de la réponse d’Amnesty international

Hasna Tribak, Directrice des Études Juridiques et de la Coopération Internationale au Ministère d'État chargé des Droits de l’Homme et des relations avec le Parlement.

Hasna Tribak, Directrice des Études Juridiques et de la Coopération Internationale au Ministère d’État chargé des Droits de l’Homme et des relations avec le Parlement.

 

Les autorités marocaines sont « toujours en attente » de la réponse d’Amnesty international à la lettre du Chef du Gouvernement, a souligné, samedi à Rabat, Hasna Tribak, Directrice des Etudes juridiques et de la Coopération internationale au ministère d’Etat chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement.

« Les autorités marocaines sont toujours en attente de la réponse à la lettre du Chef du Gouvernement, de la part du destinataire saisi. Les autorités marocaines attendent toujours, aussi, les preuves scientifiques probantes qu’elles ont demandées », a déclaré à la MAP, Mme Tribak.

Au niveau de la forme, la lettre de la Directrice régionale ne répond pas à la correspondance du Chef du Gouvernement, a précisé Mme Tribak, relevant que la Directrice régionale « n’en est ni le destinataire, ni le niveau auquel le Chef du Gouvernement s’est adressé ».

Elle a tenu à rappeler que le Chef du Gouvernement avait saisi la Secrétaire générale par Intérim de l’Organisation, et non pas sa Directrice du Bureau régional MENA. « De même, il s’est adressé au siège à l’Organisation à Londres, et non pas au Bureau régional à Tunis », a-t-elle ajouté.

Au niveau du fond, a poursuivi Mme Tribak, la lettre « se contente de rabâcher les mêmes allégations légères et accusations gratuites contenues dans le rapport, sans apporter de preuves scientifiques ou d’arguments objectifs ».

 

LIRE AUSSI

Amensty International et ses sicarios

 

laissez un commentaire