Facebook étend son fact checking par des tiers à la région MENA

Facebook a annoncé aujourd’hui l’expansion de son programme de vérification des faits par des tiers au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pour couvrir le contenu en français, en partenariat avec l’Agence France-Presse (AFP) MENA.

L’AFP ainsi examinera et notera la précision des actualités sur Facebook, y compris les photos et les vidéos. Lorsqu’un vérificateur de faits tiers juge une information fausse, elle apparaîtra plus bas dans le fil d’actualité, ce qui réduira considérablement sa diffusion.

Comme tous les partenaires Facebook du programme dans le monde, AFP est certifiée par l’organisme indépendant International Fact-Checking Network. Les enquêteurs francophones de l’AFP utiliseront l’expertise supplémentaire des bureaux de journalisme locaux dans la région MENA pour vérifier les contenus en français sur Facebook et suivront un ensemble de critères standards pour déterminer la véracité des publications.

Lorsque des vérificateurs de faits indépendants rédigent des articles donnant davantage d’informations, Facebook les affichera dans la section Articles Connexes immédiatement en dessous de la publication dans le fil d’actualité. Les administrateurs de page et les utilisateurs de Facebook recevront également des notifications s’ils essaient de partager une information ou en ont déjà partagé une qui a été jugée fausse, ce qui permet aux utilisateurs de décider eux-mêmes de ce qu’il faut lire, croire et partager.

Ce programme s’inscrit dans le cadre de travail en trois étapes de Facebook visant à améliorer la qualité et l’authenticité des récits dans le fil d’actualité. Facebook supprime les comptes et les contenus enfreignant les Standards de la communauté ou les règles publicitaires, réduit la diffusion de fausses actualités et de contenus non authentiques tels que le clickbait et informe les utilisateurs en leur donnant plus de contexte sur les messages qu’ils voient.

Nashwa Aly, responsable des politiques publiques du réseau social Facebook pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a affirmé : “Nous reconnaissons les implications des fausses informations sur Facebook et nous nous engageons à faire un meilleur travail dans notre lutte. Plus de 187 millions de personnes utilisent Facebook chaque mois au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. C’est donc une responsabilité qu’on prend très au sérieux, et nous sommes déterminés à poursuivre la lutte contre la désinformation sur notre plate-forme.”

Le programme de vérification des faits de Facebook, qui couvre désormais du contenu dans plus de 40 langues à travers le monde, s’appuie également sur le feedback de la communauté Facebook, en tant que signal permettant de remonter des informations potentiellement fausses aux vérificateurs de faits.

Le programme de vérification des faits par des tiers a été lancé par Facebook en décembre 2016 et compte désormais plus de 50 partenaires, dont l’AFP. En tant que partenaire média majeur du programme, AFP apporte l’expertise approfondie du journalisme local en capitalisant sur ses bureaux largement répandus dans la région MENA pour vérifier les contenus en français sur Facebook.

laissez un commentaire