Madagascar: essai clinique de la solution injectable Artesunate IV extraite de l’artemisia

Les essais cliniques ont débuté, officiellement, le 1er juillet au Centre médical Covid-19 (CMC) fraîchement inauguré dans le au village Voara à Andohatapenaka. Un des quartiers les plus pauvres d'Antananarivo.

L’essai clinique a débuté, officiellement, le 1er juillet dans le tout nouveau Centre médical Covid-19 (CMC).

 

Madagascar reconfine, mais compte aller jusqu’au bout pour prouver l’efficacité de l’artemisia dans le traitement de la Covid-19. Le pays vient de lancer l’essai clinique d’une solution injectable: Artesunate IV.

 

Le président malgache ne lâche rien. Andry Rajoelina veut montrer au monde que son pays déteint le « médicament miracle » contre la Covid-19. Il vient d’inaugurer le Centre médical Covid-19 (CMC) à Voara. C’est dans ce quartier, des plus pauvres du village d’Andohatapenaka relevant de la capitale Antananarivo, qu’a été lancé, officiellement, l’essai clinique de l’Artesunate IV. Une solution injectable, dérivée de l’artesunate, made in Madagascar, qui s’ajoute à la tisane CVO anti Covid-19, aux sachets et médicaments à base d’artemisia. Une plante qui a déjà fait ses preuve contre le paludisme et dont Rajoelina ne cesse de faire la promotion, la présentant comme LA solution contre le nouveau coronavirus.

A force d’instance, le président malgache avait fini par convaincre le directeur général de l’OMS de faire superviser l’essai cliniques malgaches.

L’ultime essai

Selon la presse malgache, le dossier enregistré dans le registre panafricain des essais cliniques montre que l’essai clinique sur l’Artesunate IV devrait se faire sur 60 personnes. Le tiers se verra administrer de placebo, 20 autres recevront de l’Artesunate IV seul, les 20 derniers auront la combinaison injectable d’Artesunate IV et de Vitamine C. Les résultats devront être dévoilés vers la mi-juillet.

L’essai est effectué sur des patients volontaires, assurent les autorités malgaches. «Les personnes contaminées par le Covid-19 ayant des symptômes mais ne développant pas la forme grave de la maladie peuvent subir l’essai clinique, avec leur consentement. Pendant sept jours, le patient reçoit le traitement. S’il n’est pas confirmé négatif par deux tests consécutifs, il doit subir une surveillance sanitaire pendant trois semaines au CMC», assure Dr Rianasoambolanoro Rakotosaona, membre du comité scientifique de cet essai clinique, dans une interview diffusée par la télévision malgache.

« Cet essai clinique respecte le protocole de recherche clinique », ajoute-t-il  précisant que tout se déroule avec l’approbation du comité d’éthique du Pan African Clinical Trials Registry (PATCR).. Le scientifique révèle aussi que l’essai est mené en collaboration avec des chercheurs de l’Île Maurice, de la Thaïlande et des Etats-Unis.

Covid-19 impose le reconfinement partiel à Madagascar

Hier, samedi 4 juillet, les autorités malgaches ont décidé de reconfiner Analamanga. Cette province de la capitale est l’une des plus touchée par la Covid-19 dans le pays. Madagascar, qui compte près de 28 millions d’habitants, a totalisé, au dimanche 5 juillet selon worldometers.info, 29 morts et compte 2.728 cas actifs dont 31 graves.

LIRE AUSSI

Covid-19: L’OMS n’a plus d’espoir pour lopinavir/ritonavir ni pour l’hydroxychloroquine

laissez un commentaire